Sports
17:11 14 décembre 2017 | mise à jour le: 14 décembre 2017 à 17:11 temps de lecture: 3 minutes

L’ADN sur quatre roues

COURSE AUTOMOBILE. Depuis plus de deux décennies, Donald Theetge impressionne sur les circuits automobiles de l’Amérique du Nord.

Donald Theetge se prépare pour une course en Nascar Pinty’s.

(Photo gracieuseté – Sylvain Morin)

Le pilote de Nascar, Donald Theetge, est aussi homme d’affaires sur la Côte-de-Beaupré depuis plus d’un quart de siècle.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Dès l’obtention de son permis de conduire, le Boischatelois apprenait les rudiments de la course automobile au volant d’une Formule 1600. Quatre ans plus tard, il commençait une carrière sur les circuits ovales, en mini-stock, à bord de sa Honda Accord. En 2017, c’est en Nascar Pinty’s qu’il a fait ses débuts, dans l’écurie 22 Racing Team, aux côtés d’Alexandre Tagliani. « Lors de ma toute première course, Alex m’a poussé dans le mur, dès le début », exprime M. Theetge en ajoutant qu’il laisse cet épisode derrière « pour l’instant ».

Le respect et la compétition

Le pilote de course explique qu’il y a un respect du pilote « numéro 1 » de son équipe, mais que s’il y a une chance de dépassement sur la piste, il la prend. « Lors d’une course, j’étais juste derrière lui et mon mécanicien m’a dit de ne pas le toucher. Il ne m’a pas demandé de ne pas le dépasser, mais le message était clair. »

Selon M. Theetge, le Nascar est un sport d’hommes et les confrontations physiques et verbales peuvent arriver régulièrement, spécialement à la suite d’un accrochage ou d’un accident. « On respecte les autres pilotes, mais ça demeure une course. Si quelqu’un me fait un coup, j’ai une bonne mémoire. »

Gagnant de quatre championnats entre 2001 et 2009, Donald Theetge dit toujours affectionner le goût du risque et du dépassement. Par contre, il voit avec déception sa propre ligne d’arrivée, celle de sa dernière course. À 51 ans, il a encore le feu sacré. « Je vais m’assurer de quitter avant qu’on me le demande », dit-il fièrement.

À sa retraite de la course, il restera près des voitures, car son frère et lui sont propriétaires d’un concessionnaire automobile à Boischatel, une entreprise familiale fondée par leur père en 1981: Honda Auto Frank et Michel. M. Theetge est père de deux filles. « Aucune d’elles ne veut suivre mes traces en course et devenir une Danika Patrick. » En effet, sa descendance œuvre déjà dans le domaine automobile. L’une d’elles assure la communication et le marketing de son entreprise.

Le pilote a eu plusieurs numéros sur sa voiture, dont le 80. On le reconnait maintenant avec le 22.

(Photo gracieuseté – Sylvain Morin)

Pas encore terminé

En 2018, le pilote confirme la continuité avec 22 Racing, toujours aux côtés de Tagliani. Il coursera sur les nombreuses pistes du Québec, du Canada et des États-Unis.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *