Sports
22:00 1 décembre 2015 | mise à jour le: 1 décembre 2015 à 22:00 Temps de lecture: 3 minutes

Vanessa Noël sort des sentiers battus

SENSATION FORTE. Vanessa Noël a relevé les défis qu’elle s’était fixés pour sa saison de VTT 2015, la résidente de l’île d’Orléans ayant remporté le championnat québécois et canadien chez les femmes dans le sport qu’elle préfère, la course en quatre-roues.

Sur un VTT depuis l’âge de 6 ans, la jeune femme participe à des compétitions dans le circuit depuis déjà sept ans. «Souvent les filles commencent parce qu’elles ont des conjoints qui en font aussi, explique-t-elle. Moi j’ai vraiment commencé par moi-même de mon côté.» Elle a notamment participé au dernier spectacle de Monster Spectacular qui s’est déroulé au Stade olympique à Montréal.

Les sauts de plusieurs mètres et la vitesse ne lui font pas peur, au contraire. Chaque année, elle dit avoir l’impression d’être prête à aller encore plus loin. «Je sens que mon corps s’habitue et que l’expérience embarque, rapporte-t-elle. Même si je n’en fais pas de l’hiver, le retour en saison se fait toujours un peu mieux.»

Lors de sa dernière saison, elle a décidé de se lancer dans les compétitions avec un esprit plus léger et moins compétitif que les années passées. «J’y allais pour rejoindre mes amis et pour m’amuser, dit-elle. Ça l’a fait la différence, parce que j’ai remporté mes compétitions.» Sa mentalité a évolué depuis sa saison 2014. «J’avais vraiment en tête de gagner cette année-là, c’était mon but ultime, avoue-t-elle. Les résultats étaient moins forts.» Selon elle, comme dans n’importe quel autre sport, le mental joue un rôle crucial au moment de se lancer dans la course.

Nouveau défi: course d’endurance

Spécialisée depuis plusieurs années dans les courses à circuit fermé, Vanessa Noël s’est lancée dans de nouvelles avenues en s’inscrivant dans des courses de plus longue haleine. «Ce sont des courses qui peuvent durer plusieurs heures et qui demandent une bonne forme physique», explique-t-elle.

Elle a notamment participé à la course d’endurance de 12 heures à La Tuque, une compétition qu’elle juge unique au monde. «Il y a des gens de tous les pays qui viennent pour courser dans ce circuit», raconte-t-elle. Cette course se fait à relais, avec trois participantes, mais un seul quatre-roues qu’elles s’échangent. La compétition se fait en trois manches, soit de 13h à 17h le samedi, de 22h à 2h et de 13h à 17h le lendemain. «Ça nous sort de notre zone de confort», croit la coureuse. Fait à noter, les réparations du VTT ne peuvent se faire que lors d’une manche.

Après cette expérience haute en couleur, où elle et son équipe sont arrivées deuxièmes, Vanessa Noël se donne comme objectif la première place pour sa saison 2016. Elle doit aussi changer son quatre-roues qu’elle utilise depuis le début, une adaptation qui devra se faire la saison prochaine.

Québec Hebdo

Articles similaires

07:36 19 septembre 2021 | mise à jour le: 19 septembre 2021 à 10:54 Temps de lecture: 1 minutes
Un silence qui résonne

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *