Sports
13:46 18 novembre 2015 | mise à jour le: 18 novembre 2015 à 13:46 temps de lecture: 4 minutes

Carol-Ann Reason Thibault, étoile du crossfit

ENTRAÎNEMENT SPORTIF. Seule femme de la grande région de Québec à s’être qualifiée pour les championnats du monde de crossfit en Californie, l’été dernier, Carol-Ann Reason Thibault s’avère sans contredit l’athlète la plus performante dans cette discipline d’entraînement sportif intensif dans la Capitale nationale.

«Je faisais de la boxe de compétition avant. C’est ma petite sœur Annie-Claude qui m’a fait découvrir le crossfit il y a trois ans. Depuis ce temps, j’ai eu tellement la piqûre que je m’entraîne de 25 à 35 heures par semaine», souligne la Beauportoise de 27 ans qui apprécie les divers aspects de cette méthode d’entraînement rigoureux alliant la gymnastique, la natation, l’haltérophilie et la course à pied.

«Pour moi, le crossfit c’est une forme d’entraînement fonctionnel nécessaire pour exécuter des tâches dans la vie, mais c’est aussi extrémiste et j’adore ça. Je suis autant capable de soulever de terre une charge de 385 livres, de courir 15 kilomètres que de transporter des poches de sable assez lourdes plusieurs fois sur de courtes distances», confie l’athlète originaire de Château-Richer qui vient de décrocher la première place et une bourse de 10 000$ à un championnat du monde présenté à Barcelone, en Espagne.

Un mode de vie particulier

«Pour exceller au crossfit, il faut être fort et avoir aussi de l’endurance. Le Gym Crossfit Québec City est ma deuxième maison. J’y passe six jours sur sept par semaine de 7h30 le matin à 19h le soir. C’est un mode de vie que j’apprécie. Je travaillais plusieurs heures comme entraîneure avant de gagner cette bourse, ma plus importante à vie. Ce montant d’argent m’a permis de réduire un peu mes tâches et de passer plus de temps pour moi. Le dimanche, je vais relaxer en faisant de la natation, si on peut dire, mais j’y mets aussi de l’énergie parce que c’est également une discipline qui est utile lors des compétitions», ajoute Carol-Ann.

Afin de se qualifier pour des championnats mondiaux, elle doit s’entraîner de façon intensive pendant cinq semaines consécutives en réalisant une série d’épreuves imposées le plus rapidement possible. Elle transmet ensuite les résultats de ses routines par vidéo aux dirigeants des championnats. C’est de cette façon qu’elle a pu participer aux championnats du monde de crossfit disputés, en juillet dernier, en Californie où elle a fait partie des 40 athlètes sélectionnées sur les 110 000 femmes à travers le globe ayant soumis leurs candidatures.

Une expérience extraordinaire

Seule athlète de Québec, elle a terminé en 27e place et n’oubliera jamais cette expérience extraordinaire. «Les filles qui participent là-bas vivent uniquement de cela. Il y en a plusieurs qui sont payées ou commanditées. C’était vraiment spécial de pouvoir performer en compagnie d’athlètes aussi expérimentées», mentionne Carol-Ann qui espère bien avoir la chance d’y retourner une deuxième fois, en juillet 2016, pour améliorer son classement.

D’ici là, elle poursuivra son programme d’entraînement rigoureux qui sera marqué bientôt par une première étape de cinq semaines de workout. Elle pourra toutefois joindre l’utile à l’agréable, puisque sa mère âgée de 52 ans a décidé de suivre des cours au gym avec elle, ce qui s’avère une des meilleures façons de pouvoir rencontrer sa fille !

Une belle feuille de route

1ère place au FTL world championship à Barcelone, octobre 2015.

27e place aux championnats du monde de crossfit en Californie, juillet 2015.

4e place aux Crossfit east regionals au Connecticut, mai 2015.

6e place mondiale et 1ere place au Canada aux Crossfit Open 2015, mars 2015.

1ère place à la compétition régionale Zoo Battle, décembre 2014, à Montréal.

 

 

Québec Hebdo

 

*** Photos sur la page Facebook de Pixel Sports Photographe

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *