Sports
14:00 24 mars 2016 | mise à jour le: 24 mars 2016 à 14:00 temps de lecture: 4 minutes

Le boxeur Daniel Munger-Angers vise le titre national

BOXE. Le Championnat canadien de boxe Juvénile-Junior-Élite 2016 se tiendra à l’hôtel Hilton du 29 mars au 2 avril. Pour le champion du Québec dans la catégorie 69kg/152lbs, Daniel Munger-Angers, l’objectif n’est rien de moins que le titre de champion canadien.

«En étant champion canadien, je pourrais acquérir de l’expérience internationale»

Selon lui, le défi en sera un de taille. «Au national, c’est vraiment plus difficile qu’au provincial. Les boxeurs ont beaucoup plus d’expérience. Pendant le Championnat, il va y avoir deux boxeurs de chaque province pour chaque catégorie de poids.» Une victoire ouvrirait plusieurs portes au natif de Charlesbourg.

Le pugiliste de 27 ans ne sait pas encore ce qu’il ferait en cas de défaite. «Je ne sais pas trop ce qui se passerait advenant une défaite. J’ai déjà pensé à aller chez les professionnels, mais c’est compliqué. Si je reçois une offre, je vais peut-être y penser, mais j’aimerais mieux rester amateur.»

Difficile, le parcours d’un combattant

À l’âge de 18 ans, Daniel Munger-Angers commence le kickboxing. Il a décidé de changer de discipline pour la boxe à cause de la rareté des occasions de combattre en kick boxing. «Quand j’ai commencé, on ne trouvait pas d’adversaires. Je n’ai fait que cinq combats en deux ans. Après ça, j’ai rejoint le club de boxe Empire et j’ai fait deux combats en deux semaines», explique le résident de Sainte-Foy.

En 2010, il effectue son premier combat de boxe et depuis, il a pris part à 72 combats. «Je ne connais pas mes chiffres par cœur, mais je dirais que j’ai environ une cinquantaine de victoires. J’ai aussi défendu mon titre de champion du Québec à trois reprises dans la dernière année.»

Son rêve pour le futur, à part le titre de champion canadien: participer aux Olympiques de 2020. De son propre aveu, cet objectif ne sera pas facile non plus, puisque dans chaque catégorie de poids, un seul boxeur pourra représenter son pays. «La dernière fois, j’ai terminé troisième au niveau national. C’est quand même bon, mais il fallait être premier.»

En attendant le Championnat canadien, Daniel Munger-Angers poursuit son entraînement intensivement.

La crème de la boxe canadienne en performance au Hilton

Les meilleurs boxeurs du pays tenteront de se mériter le titre de champion canadien alors que le championnat national se tient pour la première fois au Hilton Québec. Pour le président de l’événement, le nombre de boxeurs et de catégories est grandissant, signe que le sport est en bonne santé. «En incluant les femmes, il y aura environ 250 boxeurs dans trois catégories: 14-15 ans, 16-18 ans et 18 ans et plus. Pour les deux premières, ce sera des matchs à la ronde et pour les séniors, ce sera des combats éliminatoires», explique Benoit Martel qui se réjouit du plus grand nombre de catégories. «Avant, on avait seulement la catégorie élite.»

Nouveauté cette année pour la première expérience au Hilton, deux enceintes de combats (ring) seront dans la salle de bal de l’hôtel. «En tout, il y aura huit galas de boxe», explique le président.

Une popularité en hausse

De l’avis de Benoit Martel, le sport de la boxe est en bonne santé dans la région. «Au championnat, il y a une bonne représentativité de la Ville de Québec et de la Rive-Sud.» Il y aurait aussi de plus en plus de femmes qui s’intéressent à la boxe. «En compétition, il y a moins de femmes que d’hommes, mais au niveau récréatif, je dirais que c’est 50/50. Personnellement, mon club de boxe fonctionne actuellement à plein rendement, c’est toujours bondé. Ça regarde bien pour le futur du sport», affirme-t-il.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *