Sports
22:11 26 août 2016 | mise à jour le: 26 août 2016 à 22:11 temps de lecture: 3 minutes

«Il n’était pas question qu’elle manque ses Jeux pour un vélo» – Louis Garneau

CYCLISME. Tel que promis, l’homme d’affaires et ancien cycliste Louis Garneau a remplacé le vélo que l’athlète paralympique Marie-Ève Croteau s’était fait volé. Elle pourra donc partir pour Rio avec de l’équipement qui lui permettra de compétitionner avec les meilleures.

C’est une Marie-Ève Croteau très émue qui a accepté le vélo vendredi après-midi dans les locaux de l’entreprise de Saint-Augustin-de-Desmaures. «Je remercie sincèrement Louis Garneau, ça me touche. Ça fait chaud au cœur. Mon rêve va se réaliser, il ne reste que dix jours, c’est un sprint», a-t-elle déclaré en n’omettant pas de remercier aussi tous ceux qui l’appuient depuis longtemps.

C’est avec un vélo similaire en tout point que Marie-Ève Croteau s’envolera pour le Brésil. «Le vélo est adapté, mais en réalité, on a refait le même vélo, il est identique. Il n’y a pas de véritable changement, c’est comme retomber dans ses pantoufles.»

Grâce à Louis Garneau et ses fils, elle pourra donc se battre à armes égales avec les cyclistes de partout dans le monde. «Il y a toujours un plan B. Mon ancien vélo, j’aurais pu rouler avec. Le problème, c’est qu’il a été tordu dans un voyage, mais ça se répare. La différence, c’est que c’est un vélo d’il y a quatre ans, donc avec une technologie d’il y a quatre ans. Je serais partie avec une prise contre moi.»

Maintenant que le stress est passé, la cycliste dit se sentir en paix en vue des Jeux de Rio. Elle a d’ailleurs de grandes ambitions. «Les émotions sont passées. Quand j’ai eu la confirmation du vélo, encore des émotions, mais là c’est officiel, je pars aux Jeux. J’espère un podium et une médaille. Je sais que je suis capable de me battre. C’est deux courses, mais deux courses d’une vie.»

Un geste «normal» qui vient du cœur

Pour Louis Garneau, il était inconcevable qu’une athlète de Québec rate les Jeux à cause d’un vélo volé. «Quand on a su que ses vélos avaient été volés, je me suis dit « elle ne peut pas manquer ses jeux, elle les a déjà manqués en 2012. » Il fallait qu’elle vive ses jeux. C’était normal pour moi de faire ça.»

En juillet dernier, la cycliste de Charlesbourg s’était fait voler les deux vélos dont elle avait besoin pour aller à Rio. L’un d’eux a été retrouvé, mais pour celui qui a participé aux Olympiques de 1984 à Los Angeles, ce n’était pas une question d’argent. Il lui aurait fourni deux vélos. «Absolument, c’est sûr qu’on l’aurait aidé. Ce n’est pas une question de budget, je voulais juste qu’elle soit heureuse, qu’elle vive ses jeux et qu’elle performe. Je suis allé avec mon cœur.»

Durant la remise du vélo, M. Garneau a aussi remis un bracelet à Marie-Ève Croteau, geste qui n’est pas passé inaperçu. «J’ai un bracelet qui s’appelle « Ne jamais abandonner ». Je le porte tout le temps et j’en donne à des personnes qui vivent des moments difficiles. Je l’ai signé, j’ai mis ses anneaux olympiques dessus. Ça va être son porte-bonheur pendant les jeux. J’étais fier de lui donner.»

La principale intéressée s’est d’ailleurs empressée d’affirmer qu’elle le porterait sans faute durant ses compétitions, à la mi-septembre.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *