Sports
14:08 20 octobre 2016 | mise à jour le: 20 octobre 2016 à 14:08 Temps de lecture: 2 minutes

Noah Boulet à la conquête du titre mondial

KARATÉ. La prochaine compétition de Noah Boulet sera la plus importante de son parcours en karaté. Du 29 octobre au 2 novembre, il sera à Dublin, en Irlande, pour participer aux championnats mondiaux de karaté.

Le principal défi selon le résident de l’arrondissement Les Rivières, c’est qu’il n’affrontera pas ses adversaires habituels. «Ici, c’est toujours les mêmes gens, mais là-bas, ce sera de nouveaux adversaires.»

Le jeune champion ne s’en fait pas outre mesure, il fera comme d’habitude. «Je vais faire la même chose que j’ai fait pour me qualifier, c’est ma formule gagnante», affirme-t-il.

S’il était très heureux de se qualifier, Noah indique que le stress n’est pas encore commencé. «J’étais vraiment content, ça faisait quatre ans que j’essayais de me qualifier et que je finissais toujours à une ou deux positions de la qualification. Pour l’instant, je ne suis pas nerveux. Je crois que c’est plus en Irlande que je vais réaliser ce qui arrive.»

Celui qui est ceinture noire sera accompagné de trois autres canadiens à Dublin. «Nous serons quatre du Canada. La première journée, nous allons tous faire nos katas qui seront notés. Puis, le lendemain, nous referons la même chose, mais dans l’ordre inverse.»

Déjà 12 ans de passion

Aujourd’hui âgé de 15 ans, Noah pratique sa passion depuis près de 12 ans. «Je pratique au Studio Unis de L’Ancienne-Lorette depuis l’âge et 3 ans et demi.»

Depuis qu’il fait de la compétition, le champion partage son amour pour le karaté avec les plus jeunes. «J’ai commencé en aidant avec les plus jeunes, qui ont entre 3 et 6 ans. Après un moment, j’ai donné des cours avec quelqu’un et maintenant j’enseigne seul, deux jours par semaine. Je ne fais pas ça par obligation, mais par passion», explique-t-il.

Si le karaté n’est pas son projet de carrière, Noah ne souhaite pas arrêter l’enseignement prochainement. «Je ne ferai pas de compétition toute ma vie. Les études et l’école, c’est ma priorité. Par contre, je ne veux pas arrêter de donner des cours», conclut le champion canadien.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *