Sports
11:42 2 septembre 2017 | mise à jour le: 2 septembre 2017 à 11:42 temps de lecture: 4 minutes

Mario Ferland prend goût aux périples contre le cancer

EXPÉDITION. Du 6 au 23 septembre, Mario Ferland participera à sa quatrième traversée du Canada au profit de la Coast to Coast against Cancer Foundation. Le résident de L’Ancienne-Lorette prendra l’avion en direction de Vancouver, afin de rejoindre les 35 autres ultracyclistes qui s’élanceront dans le but d’amasser le maximum de dons pour la recherche contre cette maladie mortelle.

Le périple à vélo sur plus de 3000km en 18 jours offre parfois des moments de détente appréciables.

(Photo gracieuseté)

Seul Québécois en 2017 à participer à la 10e édition de la « National Kids Cancer Ride » traduite en À vélo contre le cancer chez les jeunes, le passionné de cyclisme se fait un devoir d’apporter son humble contribution pour la cause. Déjà, son objectif de départ fixé à 35 000$ a été largement dépassé, puisqu’il atteint près de 46 000$.

En combinant ses quatre participations, ce sont plus de 200 000$ que le président du Groupe Mundial a versés dans les coffres de la Fondation. Sans compter les 40 000$ supplémentaires qu’il a amassés lors de ses quatre participations à la randonnée sur 4 jours du Tour CIBC Charles-Bruneau, de 2014 à 2017.

L’ultracycliste Mario Ferland a trouvé son inspiration dans un besoin de remise en forme et la perte d’un jeune cousin emporté par le cancer.

(Photo gracieuseté)

Outre l’intention de départ de pédaler pour perdre du poids, Mario Ferland a trouvé une motivation bien personnelle et familiale à rouler sur de longues distances dans un but caritatif. «Je le fais à la mémoire d’un cousin décédé du cancer à seulement 4 ans, alors que j’avais moi-même 10 ans. J’en garde des souvenirs de la tristesse de ses parents. À l’époque, il m’était difficile à comprendre pourquoi quelqu’un d’aussi jeune nous quitte. Encore aujourd’hui, cancer et enfant ne me semblent pas une équation normale.»

Catalyseur

Cette petite flamme latente a servi de catalyseur à sa participation initiale à la randonnée en 2013. «C’est devenu pour moi, une façon de canaliser mon énergie physique, mentale et émotionnelle, dans le but de permettre aux enfants affligés de cette maladie dévastatrice de reconquérir leur enfance. La raison première de mon engagement, précise-t-il, c’est de pouvoir faire une différence positive et durable dans la vie des enfants atteints du cancer et de leurs familles.»

Les randonnées sont longues et exigeantes.

(Photo gracieuseté)

Se considérant privilégié d’avoir des enfants en santé, Mario Ferland s’estime chanceux de pouvoir jumeler sa passion du vélo à un événement qui vient en aide aux jeunes atteints du cancer. Il n’avait pas besoin d’arguments supplémentaires pour se convaincre de s’impliquer dans cette noble cause. Les nombreux récits d’enfants qui luttent contre la maladie contribuent à le motiver. Cette année, il pédalera avec en tête la petite fille d’un de ses fournisseurs, qui se bat contre le cancer à 13 mois.

Retombées concrètes

Aux sceptiques devant tant d’effort, l’entrepreneur lorettain assure que les résultats de la recherche suffisent à le convaincre. «Le taux de guérison est continuellement en hausse chaque année, dit-il. Pour certaines formes de cancer, il s’établit à 90%. Les fonds versés pour continuer à lutter ont un impact réel. Cela permet d’offrir aux malades des soins et des traitements optimisés, pour aider à leur remise sur pied», indique celui qui paye de sa poche tous les frais reliés à son expédition, car l’entièreté des fonds va à la cause.

Il faut assurément être déterminé pour parcourir à vélo, sous les caprices de dame Nature, plus de 3000km en 18 jours, à raison de 165 à 220km par jour. «Quand tu rencontres sur ton parcours, comme l’an dernier à Ottawa, un petit gars de 18 mois qui est né avec le cancer et qu’on t’apprend qu’il est en rémission et pétant de santé. Disons que ça te donne une bonne dose d’énergie pour continuer à pédaler», témoigne Mario Ferland, sur le point de s’élancer pour sa quatrième aventure d’un océan à l’autre.

Il est possible d’encourager et suivre l’ultracycliste dans son périple à: http://snkcr.com/marioferland

Précisions sur la fondation et la traversée:

– Les dons sont consacrés à 100% pour la recherche sur le cancer chez les enfants.

– Les sommes amassées par un cycliste sont redistribuées dans sa province.

– Deux équipes roulent pendant 18 jours consécutifs, beau temps, mauvais temps.

– L’équipe #1 parcourt environ 165 km/jour et l’équipe #2 environ 220 km/jour.

– En plus de pédaler, des arrêts sont prévus dans les hôpitaux et centres d’oncologie.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *