Sports
13:30 27 novembre 2015 | mise à jour le: 27 novembre 2015 à 13:30 temps de lecture: 3 minutes

L’or pour la cavalière Jessiqua Aubin au gala de l’Association régionale équestre

ÉQUITATION. La dernière saison en aura été une de grands progrès pour Jessiqua Aubin de Sainte-Foy. La jeune cavalière de 14 ans a d’ailleurs été couverte d’or à l’occasion du gala de fermeture de l’Association régionale équestre de Québec.

À la fin de leur saison en «Entraînement», Jessiqua et sa monture Télémann de Grey ont récolté 76,9 % pour l’un de leurs enchaînements de figures aux Jeux équestres de Bromont. (Photo gracieuseté)

En novembre dernier, Jessiqua Aubin et sa nouvelle monture Télémann de Grey ont été récompensés pour leurs progrès en «Pas et Trot» ainsi qu’en «Entraînement» chez les junior. C’est eux qui ont récolté le plus de points en compétition cette année.

Jessiqua Aubin ne manque pas de créditer sa fidèle monture pour ses progrès. «Télémann, c’est un cheval tellement doux», décrit-elle. «Avec lui j’ai vraiment progressé vite parce qu’on était au même niveau.»

Dès leurs premiers concours ensemble, en avril, les bons résultats se sont enchaînés, commente Tania Proulx, la mère de Jessiqua. Dans la catégorie «Pas et Trot», la jeune cavalière a atteint 82,95% en dressage, «ce qui est assez incroyable», commente-t-elle.

«Comme c’était la première fois, on a essayé de répéter. On a vu que ça allait bien et que les deux avaient une bonne chimie.»

À la fin de leur saison en «Entraînement», Jessiqua et sa monture ont récolté 76,92% pour l’un de leur meilleur enchaînement de figures aux Jeux équestres de Bromont, se réjouit Tania Proulx. «Dans cette catégorie, on va chercher le galop; c’est plus difficile», fait-elle valoir.

Nouveaux défis

Depuis le début de l’automne, la jeune cavalière s’entraîne pour passer à la catégorie suivante: le niveau 1. Jessiqua Aubin s’attend à devoir enchaîner les figures plus rapidement. Parmi ses nouveaux défis, les sessions à la jambe et les allongements: «Il faut apprendre à tasser le cheval, mais qu’il croise les pattes», décrit-elle, au sujet de la première figure.

«J’aime ça, parce que la difficulté augmente et qu’il y a plus de choses à pratiquer», commente la cavalière. «Mon but c’est d’avancer et de faire le plus haut niveau possible».

D’ailleurs, «dans le niveau 1, elle aurait pu choisir le régional, mais elle a décidé de faire le national», note sa mère. Jessiqua ne se cache pas qu’elle devra rivaliser avec des concurrents plus expérimentés qu’elle.

D’ici au début de la prochaine saison, Jessiqua et Télémann de Grey s’entraînent avec Francine Bell de Montréal. «Les entraîneurs de haut niveau sont difficiles à trouver dans la région», témoigne Tania Proulx, qui conclut que sa jeune cavalière compte sur de nombreux partenaire pour l’aider à concilier études et équitation.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *