Sports
21:40 5 octobre 2014 | mise à jour le: 5 octobre 2014 à 21:40 temps de lecture: 4 minutes

Gala des champions: la relève parmi les meilleures au monde

NAGE SYNCHRONISÉE. Andrée-Anne Côté et Camille Fiola-Dion entament leur seconde année en duo et déjà, elles raflent les honneurs. Ces deux membres du club SynchroÉlite de Québec, des résidentes de L’Ancienne-Lorette et Cap-Rouge, représentent la relève québécoise dans ce sport et elles ont exécuté un numéro au Gala des champions, le spectacle aquatique de clôture de la 13e Coupe du monde de nage synchronisée Fina à Québec.

Une vidéo est en ligne: Lien

Elles ont quitté leur région d’origine pour s’inscrire dans un programme sport-étude à Québec. «Si on voulait progresser, on devait venir à Québec», font-elles valoir. Pour Andrée-Anne Côté, c’était Saint-Georges de Beauce et Camille Fiola-Dion, Rimouski. Les deux jeunes femmes de 16 ans ont commencé à nager ensemble il y a moins de 12 mois. Au cours de cette première année, elles ont réussi une quatrième place aux Championnats canadiens. «On a surmonté une grosse marche, on est une nouvelle paire», rappelle Camille Fiola-Dion. À travers les entraînements, les deux athlètes ont appris à se connaître, une chimie et une complicité se sont créées.

Elles ont été sélectionnées par Synchro Canada pour représenter le pays au Festival sportif Pan Am. Cette compétition multisports s’est tenue pour la première fois. Les deux nageuses synchronisées ont décroché une médaille d’argent en duo. «Ça commence bien l’année», se réjouissent-elles. Maintenant, elles se tournent vers les Championnats canadiens. Il s’agit de leur objectif pour la fin du mois d’avril sans oublier le Championnat mondial dans deux ans.

Andrée-Anne Côté a une feuille de route étoffée. Elle compare sa présence au Gala des champions au Championnat du monde de 2014 en Finlande. La nageuse, sélectionnée sur l’équipe nationale junior, était la seule Québécoise de la formation et l’une des plus jeunes. Elle a quitté la piscine à Helsinki avec une sixième position en équipe, une 46e en figure. «C’est une bonne pratique pour les Championnats du monde», constate la Lorettaine.

Plusieurs jeunes athlètes sont venus assister aux épreuves de la Coupe du monde. C’était l’occasion pour la relève d’observer les meilleures au monde. «C’est motivant de voir ton sport dans ta ville», raconte Camille Fiola-Dion.

Objectifs atteints pour Synchro Canada

Samedi, les estrades étaient bondées. «C’était plein», déclare avec fierté le président du comité organisateur, Mario Welsh. Plus de 5000 personnes incluant les athlètes, les spectateurs et les entraîneurs ont été recensées au Peps dans le cadre des activités de la Fédération internationale de natation (FINA).

Quant à la visibilité de la Coupe du monde dans la Capitale-Nationale, les objectifs ont été atteints, selon M. Welsh. «La retombée est beaucoup plus grande au niveau régional ainsi qu’au provincial. C’est essentiel. Il faut se faire voir. Ce n’est pas un réflexe pour les parents d’envoyer leur fille en nage synchronisée», fait-il remarquer. C’est pourquoi Mario Welsh croit qu’il faut enlever des barrières.

Ce dernier termine son mandat la tête haute. Après huit ans d’implication, le président de Synchro Canada et président du Comité organisateur de la 13e Coupe du monde de nage synchronisée FINA à Québec se réjouit du changement amorcé dans le milieu de la nage synchronisée. «On a travaillé à enlever le côté artificiel, le pince-nez, le maquillage», mentionne-t-il ajoutant qu’à Londres, l’image du sport est devenue plus acrobatique et athlétique. Ces changements visent à faire connaître davantage la vraie facette de cette discipline et augmenter le nombre d’adeptes.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *