Sports
16:01 7 février 2016 | mise à jour le: 7 février 2016 à 16:01 Temps de lecture: 4 minutes

Au commencement, les gars jouaient au hockey

ANNIVERSAIRE. Michel Côté se rappelle le temps où l’aréna Réjean-Lemelin s’appelait la POC – version raccourcie de Patinoire Orsainville Charlesbourg. Une bière – ou deux – dans le vestiaire après un match de hockey, l’esprit de camaraderie et de communauté, les femmes qui encourageaient leurs hommes depuis les gradins… Autant de souvenirs qui refont surface au moment de célébrer les quatre décennies d’existence du club sportif Les Vieilles Lames.

Des gars, du hockey, c’est comme ça que ça a commencé. Faute de ligue pour adultes à l’époque, ils ont pris les choses en main en se baptisant les Old Timer Orsainville. Une fusion avec Charlesbourg plus tard, et ils allaient devenir en 1976 la Ligue de hockey Les Vieilles Lames grâce à l’effort de quatre mousquetaires: Laurent Potvin, Clément Lacroix, Alonzo Boulanger et Michel Côté. Michel Côté qui, en 40 ans, n’a pas quitté le vestiaire, agissant aujourd’hui comme président du conseil d’administration.

Après, les femmes s’en sont mêlées, vous pensez bien. Tant qu’à venir voir jouer leurs hommes le vendredi soir, pourquoi ne pas s’amuser elles aussi? «Elles voulaient avoir leurs activités, donc on a mis en place des activités sociales», rapporte Michel Côté. Soirées dansantes, sorties de ski et de vélo, fêtes de Noël, de la Saint-Valentin, de Pâques, d’Halloween, tournois amicaux, épluchettes de blé d’Inde, journées familiales, défilés de mode… En veux-tu, en v’là, témoigne l’armoire à albums-photos du club.

D’autres, dans le même temps, ont osé dire qu’il n’y avait peut-être pas juste le hockey dans la vie… La balle molle, les quilles, le golf, le shuffleboard (jeu de palets) peuvent les en remercier alors qu’ils ont eu droit à leur tour à leur ligue dans Les Vieilles Lames. Avec quelque 400 membres dans les meilleures années, «on y est toujours allé selon la demande», confirme le vétéran.

Le club tatoué sur le coeur

C’était le bon vieux temps. Cela, Michel Côté ne l’avouera pas de but en blanc, mais on sent que ça le démange. «Je suis un nostalgique… mais le fait est que la réalité est différente aujourd’hui.» Non pas que les rangs soient dégarnis – ils sont près de 300 membres, âgés de 30 ans et plus –, mais le volet «vie sociale» du club a pris le bord pour ne conserver que sa mission sportive avec huit équipes de hockey, six de grosses quilles et une quarantaine de joueurs de shuffleboard.

Aussi n’y aura-t-il pas, contrairement aux décennies antérieures, de célébrations pour souligner les 40 ans. Les nouvelles recrues n’ont pas nécessairement ce sentiment d’appartenance qu’ont pu avoir des membres qui, faisant partie des meubles, avaient Les Vieilles Lames tatouées sur le cœur. D’autant qu’il y a maintenant un plus grand éparpillement géographique, les membres s’exerçant à Charlesbourg, Vanier et Giffard.

Mais qu’à cela ne tienne, le club ne conserve pas moins toute sa raison d’être en offrant un terrain de jeu récréatif ou compétitif aux adultes qui veulent s’adonner à leur sport préféré. Et ce, même au-delà de 70 ans.

Moments forts selon Michel Côté

Aréna Réjean-Lemelin

«On a contribué à changer le nom de la Patinoire Orsainville Charlesbourg en aréna Réjean-Lemelin. Réjean Lemelin, c’est l’un des premiers sinon le seul gars d’Orsainville qui a joué dans la Ligue nationale de hockey.»

Un club engagé

«On s’impliquait dans la communauté. Lors des premières parades du Carnaval à Charlesbourg, on aidait à monter les clôtures. On s’est aussi occupé de la sécurité aux Jeux du Québec à Charlesbourg.»

Pour plus d’info: clubsociallesvieilleslamesinc.blogspot.ca

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *