Sports
12:10 11 août 2017 | mise à jour le: 11 août 2017 à 12:10 temps de lecture: 3 minutes

L’or et rien d’autre pour Karen Paquin

RUGBY. Sélectionnée pour représenter le Canada à la Coupe du monde de rugby à 15 en Irlande, Karen Paquin et ses coéquipières n’ont qu’un seul objectif : compléter le travail inachevé en 2014, alors que nos représentantes s’étaient inclinées en finale aux dépens des Anglaises.

Karen Paquin en action

© Dave Lintott Photography 2017. http://www.lintottphoto.co.nz

«Tout de suite après notre défaite, je m’étais promis que si mon corps le permettait, j’allais revenir pour remporter l’or», se rappelle celle qui a remporté le bronze au rugby à 7 aux Jeux olympiques de Rio l’été dernier.

Sur 28 joueuses choisies, 18 ont vécu le parcours argenté il y a trois ans. La nouvelle cohorte est prometteuse, promet la nouvelle trentenaire, bien connue dans le giron de Rugby Canada.

«Au cours des dernières années, le programme a misé sur le développement, de sorte que notre équipe mise sur une bien meilleure profondeur qu’en 2014, où des joueuses avaient été surtaxées. Cette année, nous allons pouvoir jouer de façon plus stratégique», analyse la meilleure joueuse de rugby à 7 au pays en 2016.

Délégation québécoise

La délégation 2017 compte huit Québécoises, soit près de 30% de l’alignement. Du nombre, deux proviennent de la Vieille Capitale, soit Karen Paquin, de Charlesbourg, ainsi que Magali Harvey, de Sainte-Foy.

Paquin (deuxième à droite) et ses coéquipières célèbrent un essai.

© Dave Lintott Photography 2017. http://www.lintottphoto.co.nz

«Ayant déjà joué ensemble par le passé et provenant de la même province, nous avons une excellente chimie. Nous faisons la promotion du rugby depuis près de dix ans, alors nous retirons une belle fierté de nos sélections.»

Litige et bobsleigh

Au mois de septembre dernier, un litige avec Rugby Canada a contraint l’ancienne étudiante-athlète du Rouge et Or de l’Université Laval de choisir entre le rugby à 7 et le financement qui vient avec ou l’occasion de participer à la Coupe du monde de rugby à 15 qui débute le 9 août.

«Je n’ai pas pu jouer à 7, mais Rugby Canada a décidé d’offrir du financement aux filles sélectionnées pour les camps. C’est symbolique, significatif et un pas très important vers l’équité.»

Au tournant du mois de novembre, Kaillie Humphries, double médaillée olympique en bobsleigh, a contacté Karen Paquin pour qu’elle devienne sa freineuse. Les essais ont bien été, même si elle admet ne pas avoir été au sommet de sa forme physique. À son retour d’Irlande, elle mettra le cap sur Calgary : «C’est davantage un rêve qu’un objectif, mais je veux voir si j’aime cela et jusqu’où ça peut me mener», conclut-elle.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *