Charlesbourg Express
13:04 26 octobre 2017 | mise à jour le: 2 juillet 2019 à 17:12 temps de lecture: 3 minutes

Thibault et Drolet ouverts à s’affronter… un jour

BOXE. Les boxeurs de la Vieille Capitale, Vincent Thibault et Clovis Drolet, en sont à leurs premiers pas sur la scène professionnelle. Les espoirs d’InterBox/Eye Of The Tiger Management ne sont pas fermés à l’idée de s’affronter «dans un gros combat très payant».

À Montréal, Drolet et Thibault se font appeler «les fils de Québec».

Crédit photo – Eye Of The Tiger Management

Il y a quelques semaines, leur promoteur a, sans le vouloir, allumé le feu en publiant une affiche mettant en vedette les deux pugilistes avec un slogan accrocheur : «Les fils de Québec». Maintenant établis à Montréal, ils sont surnommés ainsi dans la métropole.

En entrevue avec TC Media le mois dernier, Thibault, de Charlesbourg, a été le premier à évoquer la possibilité d’un duel. «Nous voulons mettre la boxe québécoise sur la map et que le Québec soit fier de ses boxeurs d’élite», lance sans détour celui qui veut être le champion de sa catégorie (168 livres).

Thibault fera ses débuts dans le ring le 27 octobre.

Le 27 octobre, le cogneur de 24 ans vivra son baptême de feu chez les pros dans un gala à Montréal. Ce soir-là, Drolet, de Beauport, en sera à son troisième combat pro. Il a aisément remporté ses deux premiers en envoyant ses rivaux dans les bras de Morphée.

Partenaires d’entraînement au Club Le Cogneur, ils se sont affrontés une centaine de fois. Chez les amateurs, ils ont croisé le fer à deux reprises. Une victoire pour Drolet, une victoire pour Thibault.

«On ne sait jamais. Il n’y a rien d’impossible dans la boxe. Il y a quelques années, qui aurait cru que Jean Pascal et Eleider Alvarez allaient se battre l’un contre l’autre?» répond Drolet, actif dans la catégorie des 160 livres.

Le boxeur de Beauport, Clovis Drolet, a de grandes ambitions.

(Crédit photo – Red Methot)

Évidemment, la bataille entre Charlesbourg et Beauport est encore bien loin. Thibault parle «dans un avenir très lointain» tandis que Drolet répond que cela pourrait avoir lieu «dans cinq ou six ans». Chose certaine, le combat des arrondissements voisins en serait tout un, promettent-ils.

À les écouter, on ne peut que se remémorer les affrontements en Dave Hilton, de Montréal, et Stéphane Ouellet, de Jonquière. Entre 1998 et 2000, les deux Québécois étaient montés dans le ring trois fois dans des duels hautement médiatisés. Hilton l’avait emporté à deux reprises. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *