Sports
18:17 4 novembre 2014 | mise à jour le: 4 novembre 2014 à 18:17 temps de lecture: 3 minutes

La force tranquille de Mathieu Auger

PORTRAIT. Une heure en compagnie de Mathieu Auger, et on le sent porté par une volonté qui déplacera silencieusement des montagnes. À 17 ans, après une carrière déjà longue de 11 ans, il aura connu son lot de doutes comme athlète, mais il ne garde pas moins les yeux fixés sur son rêve olympien.

La persévérance: Mathieu Auger y voit sa grande force comme patineur. Même relégué en queue de peloton, il continuera de donner tout ce qu’il a, fait-il valoir.

Il était déjà comme ça dans ses premières années sur la glace. «Petit», comme il le dit, il gagnait toutes ses compétitions. Jusqu’à ce qu’il passe à un niveau supérieur, vers l’âge de 10 ans, et qu’il perde l’habitude des victoires. Il a trouvé ça difficile, admettra-t-il, de ne plus toujours être «dans le top».

Éventuellement, il réalisera qu’il n’en donne pas assez, qu’il pourrait faire mieux, pour peu qu’on lui offre l’encadrement et les outils nécessaires. C’est ce que lui apporteront les entraîneurs du Centre d’entraînement de patinage de vitesse de la région de Québec (CEPVRQ), où il s’exerce depuis près de trois ans.

Bouchées doubles

Mathieu Auger sait qu’il a encore des croûtes à manger, notamment côté technique. Mais chaque amélioration devient une source de motivation. Cet été d’ailleurs, il a redoublé d’efforts à l’entraînement. Patins à roues alignées, vélo, course, musculation…: «Ça paraît sur la glace», constate l’adolescent avec satisfaction.

Cela, il l’a prouvé récemment en accédant au niveau élite. C’était l’objectif qu’il s’était fixé cette année; lui reste maintenant à se maintenir à ce niveau tout au long de la saison. Il ne dédaignerait pas non plus se sélectionner pour les Jeux du Canada, qui auront lieu à l’hiver. En fait, «je vais essayer de faire toutes les compétitions», en courte comme en longue piste, lance celui pour qui la saison s’annonce chargée.

Qu’on ne lui demande pas de choisir entre les deux disciplines: il carbure à l’adrénaline du courte piste, et développe toute sa concentration au longue piste. Le patinage de vitesse, «c’est exigeant au niveau mental et physique», estime le résident de Charlesbourg. Mathieu Auger souhaite donc se perfectionner dans les deux épreuves aussi longtemps que possible, fort des médailles qui révèlent son double potentiel.

Tableau de chasse au Championnat canadien par catégorie d’âge (2014)

– L’or à la poursuite par équipe

– L’argent au 300 m

– Le bronze au 100 m

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *