Sports
19:55 9 septembre 2014 | mise à jour le: 9 septembre 2014 à 19:55 temps de lecture: 3 minutes

«Je suis de retour!» – Marie-Ève Croteau

PARACYCLISME. C’est avec l’argent à l’épreuve du contre-la-montre que Marie-Ève Croteau a clos sa saison de paracyclisme aux Championnats mondiaux en Caroline du Sud. Une médaille qui vient s’ajouter à une riche récolte, signe que l’athlète est de retour bien en selle après des ennuis de santé en 2012 et 2013 qui l’avaient tenue en bonne partie éloignée de la compétition.

À lire aussi: Histoires de dopage

«Ça fait du bien!», s’exclamera-t-elle à propos de cette saison sans tracas. Sans tracas, mais pas sans repos: Marie-Ève Croteau avait du pain sur la planche pour se mesurer à des compétitrices qui, elles, ont continué d’évoluer ces deux dernières années.

Elle cite l’exemple de Carol Cooke, qui l’a coiffée au fil d’arrivée aux Championnats mondiaux à Greenville. «Ce n’était pas inespéré [de gagner contre elle], mais sur papier, j’étais battue», reconnaît-elle en qualifiant l’Australienne d’«extrêmement puissante». Qu’à cela ne tienne, l’athlète de Charlesbourg s’est fixée l’objectif de réduire l’écart qui les séparait. Mission accomplie: en un mois, elle a gagné trois minutes sur la meneuse, terminant quelque deux minutes derrière elle à Greenville.

«Ma plus grosse amélioration cette année, dira-t-elle, c’est les montées.» Privée de la force de son bras et de sa jambe gauches, elle maîtrise désormais mieux la technique pour s’attaquer aux côtes. Si bien que, de Coupe du monde en Coupe du monde, sa vitesse moyenne a connu une belle évolution, à sa grande satisfaction.

Une saison sans dernière course

Marie-Ève Croteau éprouve toutefois un pincement au cœur alors qu’elle a dû renoncer à la dernière épreuve de course sur route en Caroline du Sud. Le mercure élevé et le haut taux d’humidité risquaient de se traduire par des pertes d’équilibre ou une chute de pression.

«La décision a été difficile, mais c’était une décision intelligente et sage. Il fallait que j’y aille avec ma condition d’athlète. Mais ça m’a rappelé les Jeux paralympiques [en 2012], alors que j’étais sur place, mais que je ne pouvais pas compétitionner à cause de ma commotion cérébrale», avoue-t-elle.

Une attitude qui fait la différence

Oui, Marie-Ève Croteau a connu son lot d’embûches – sportives et personnelles. Mais aucune qui ne l’a détournée de ses deux philosophies de vie: ne jamais abandonner et rester positive. Deux mantras que cette combattante de nature se fait un devoir de conserver avec la même détermination qu’elle montre sur la selle.

C’est ce message de persévérance qu’elle véhicule dans le cadre des conférences qu’elle donne à l’occasion, et qui feront partie de son horaire automnal, entre deux séances intensives de musculation. «Si je peux aider, redonner tout ce que j’ai moi-même reçu, motiver, inspirer…», explique celle qui a fait du dépassement de soi un mode de vie.

La saison de compétition n’est pas sitôt terminée que Marie-Ève Croteau a déjà hâte à la suivante, qui la rapprochera un peu plus des Paralympiques de 2016.

Bilan de la saison

Championne québécoise

Championne canadienne

Championne des Coupes du monde

Globe de cristal

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *