Sports
14:22 27 mai 2013 | mise à jour le: 27 mai 2013 à 14:22 temps de lecture: 3 minutes

Ève Gagné: une gymnaste à la force tranquille

Ève Gagné a cette force de caractère qui distingue les athlètes de haut niveau. Des difficultés et des blessures, elle en a connu en 12 ans de gymnastique, mais qui ne l’ont pas empêché de se frayer un chemin jusqu’aux Championnats canadiens, qui se sont déroulés à Ottawa du 21 au 26 mai derniers.

«Ève n’a pas un parcours conventionnel», fait valoir Megghie Ouellet-Savard, son entraîneuse à Flexigym, mettant ainsi en valeur les qualités de sa protégée. D’une part, elle est passée du secteur provincial au réseau national seulement à 14 ans, rejoignant une élite qui y évolue généralement depuis l’âge de 10 ans. D’autre part, elle consacre 20 heures par semaine à l’entraînement, comparativement aux 24 heures, voire aux 30 heures auxquelles s’astreignent les gymnastes de ce niveau.

Rencontrée à quelques jours des Championnats canadiens, la finissante du programme sports-études ne croyait pas moins en ses chances d’atteindre les finales, et ce, même s’il s’agissait de sa première participation. En 2012, elle avait raté l’occasion de s’y rendre en ne se qualifiant pas parmi les 10 meilleures aux Championnats québécois. Il faut dire que, à pareille date l’an dernier, elle était encore en période d’apprentissage à la suite de son passage à la catégorie nationale. «La transition a été difficile, admet la gymnaste. Il y avait beaucoup de nouveaux mouvements à apprendre. Je suis plus stable cette année.»

Championnats canadiens

Les résultats des Championnats canadiens parlent d’ailleurs d’eux-mêmes: avec un 23e rang au total des engins aux qualifications, l’athlète de Flexigym a obtenu son ticket pour les finales. À celles-ci, elle a décroché une 5e place au cheval-sautoir, une 23e place aux barres asymétriques, une 30e place au sol et une 31e à la poutre. Au final, Ève Gagné s’élève au 29e rang du réseau national.

C’est dire qu’elle a offert une performance conforme aux forces pressenties – le saut – et aux préférences avouées – les barres. Elle est d’autant plus satisfaite de son expérience qu’elle a eu l’occasion de s’entraîner avec certaines de ses idoles qui ont participé aux derniers Jeux olympiques.

Justement, les Olympiques, c’est une ambition? «Je ne sais pas», a-t-elle avoué quelques jours avant la tenue des championnats. Il faudra voir, entre autres, comment elle pourra coordonner l’entraînement avec son entrée au cégep. Chose certaine, si elle décide de poursuivre sérieusement, elle peut compter sur sa détermination pour se rendre loin.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *