Sports
02:05 28 avril 2013 | mise à jour le: 28 avril 2013 à 02:05 temps de lecture: 3 minutes

Enfants et parents en kimono sur le tatami du Club de Judo-Aïkibudo de Charlesbourg

Samedi, le dernier entraînement au Club de Judo-Aïkibudo de Charlesbourg pour les enfants de 6 à 9 ans étaient ouverts aux parents. Certains d’entre eux n’avaient d’ailleurs pas hésité à troquer leurs habits de ville pour enfiler le kimono.

Un dernier Zarei pour clore la saison de judo en beauté. «J’ai vraiment apprécié d’être avec vous cette année. Vous avez travaillé très fort. Vous avez été dynamique dans la pratique et respectueux des valeurs. Je vous félicite tous».

Entraîneuse de la catégorie 6-9 ans au Club de judo-aikibudo de Charlesbourg, Myriam Laforest-Routhier, assisté de Bruno Fillion, a donné son dernier entraînement annuel ce samedi au dojo charlesbourgeois. Pour la trentaine d’enfants présents, filles et garçons confondus, c’était l’occasion d’étrenner leur nouvelle ceinture jaune ou orange, fruit de leurs efforts hebdomadaires en kimono.

Contrairement aux précédents entraînements, l’ambiance était beaucoup plus détendue. «Aujourd’hui, ce sera beaucoup de jeux et des simulations de combat», détaille Myriam Laforet-Routhier. D’où l’enchaînement d’activités ludiques après un échauffement axé sur l’assouplissement et l’étirement. Sans toutefois déroger aux règles de conduite comme l’explique l’entraîneure. «Le judo apporte une discipline dans la pratique, dans la vie de groupe, mais aussi dans la vie de tous les jours».

Mixité appréciée

Cet ultime entraînement de l’année avait un goût inédit puisque les parents étaient invités à enfiler le kimono. À l’image de Serge Bédard, judoka depuis peu au club de Beauport, venu avec sa nièce Somaya. C’est même cette dernière qui lui a donné le goût pour ce sport. «C’est en allant voir une compétition de Somaya il y a six mois que je me suis intéressé au judo, raconte l’oncle, invité par sa nièce ce samedi. J’ai vraiment aimé cette mixité entre les jeux et le judo. Je trouve les professeurs très pédagogues avec les enfants».

Assise sur un banc du dojo, le regard attentif et joyeux sur son fils Éloi, Cathy Beaudin a trouvé avec le judo le sport qui se rapprochait davantage des valeurs qu’elle souhaitait lui inculquer. «Je voulais qu’il s’investisse dans un sport avec de la discipline et du respect, justifie cette ancienne pratiquante de karaté. Ça donne envie d’en faire». Nul doute que son petit Éloi appréciera de faire le salut avec sa maman l’an prochain, sur le tatami du club charlesbourgeois.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *