Sports
16:55 5 janvier 2016 | mise à jour le: 5 janvier 2016 à 16:55 temps de lecture: 3 minutes

Spartan Race: Raphaël Gagnon réussit son premier «Ultra Beast»

COURSES EN MONTAGNES . Quadruple médaillé de courses à obstacles en montagnes Spartan Race, l’an dernier, à l’âge minimum requis de 14 ans, Raphaël Gagnon est revenu à la charge en 2015 en réalisant ses deux objectifs, compléter une double trifecta et son premier «Ultra Beast» considéré comme la course des courses.

Accompagné et motivé par son père Frédérick Gagnon, un mordu de cette discipline, Raphaël a poursuivi sur sa lancée en complétant les six courses de la double trifecta, soit deux «Sprint», moyenne de 7 km par course, deux «Super», moyenne de 16,5 km et deux «Beast», moyenne de 26 km, présentées au Massif de Petite Rivière Saint-François, au Mont-Tremblant, à Brimacombe et au Mont-Sainte-Marie en Ontario.

Après s’être attaqué avec succès à son premier «Beast» de l’été, le jeune Beauportois a décidé d’effectuer la plus dure des courses Spartan, l’«Ultra Beast».

«On parle ici d’une incroyable épreuve de 52 km de course, comprenant plus de 50 obstacles, le tout agrémenté de montées vertigineuses durant tout le trajet. Rares sont les coureurs qui osent s’y attaquer et parmi ces derniers très peu terminent l’épreuve», souligne le paternel, un habitué de cette compétition qu’il a complétée en 11 heures cet été.

En route pour Sun Peak

Le duo père fils s’est ensuite rendu à Sun Peak en Colombie-Britannique pour prendre part à l’«Ultra Beast» marquée par 8,5 km de montée initiale, de neige et de glace au sommet de la montagne, d’obstacles, de boue et d’eau froide, de redescentes et de remontées continuelles.

«Ça été toute qu’une épreuve. Sur près de 220 inscriptions, seulement 55 participants ont réussi à terminer. Il s’agit vraiment d’une épreuve autant physique que psychologique, réservée aux plus «crinqués» des adeptes de ce sport», confie M. Gagnon fier d’avoir réussi cette course de 52 km aux côtés de son garçon après 10h44 de travail acharné.

Raphaël s’est classé 36e et s’est avéré le plus jeune des coureurs ayant complété cette course au Canada. «Nous n’avons pas consulté les statistiques mondiales de l’«Ultra Beast», mais, selon moi, il est probablement l’un ou le seul jeune de 15 ans ayant réussi cette épreuve, surtout que beaucoup d’endroits exigent un minimum de 21 ans pour y participer», mentionne M. Gagnon.

Après cet été bien rempli, Raphaël est retourné à l’école secondaire le Sommet, où il étudie maintenant en concentration multi-sports. «Il ne sait pas trop quels sont maintenant ses objectifs pour 2016, mais, à prime abord, son plus gros défi demeure toujours de finir par me dépasser et ça, c’est pas encore fait!», termine le père.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *