Sports
15:00 18 mai 2018 | mise à jour le: 18 mai 2018 à 15:00 temps de lecture: 3 minutes

Nouveau défi pour Randy Goulet en Late Model

L’équipe Jos Garage fera son entrée dans la classe Late Model à l’Autodrome Chaudière de Vallée-Jonction le 20 mai. Le Beauportois Randy Goulet prendra place derrière le volant pour la première fois avec sa toute nouvelle association avec le propriétaire Marc Perreault.    

Le nouveau bolide de l’équipe Jos Garage et en mortaise Randy Goulet et Marc Perreault

Photo gracieuseté

Le pilote automobile de 32 ans est bien connu dans le monde de la course automobile, alors qu’il fait figure d’habitué, étant conducteur depuis l’âge de 18 ans. «J’ai connu Marc l’année dernière et la chimie s’est faite entre nous deux. Tout comme moi, c’est un passionné et il mange de tout ce qui touche à notre sport.»

Le circuit dans lequel évoluera la voiture utilise les mêmes règlements que l’American Canadian Tour (ACT) et entretient une affiliation avec la série Nascar aux États-Unis. Selon celui qui a l’ambition de terminer dans le top 5 au classement, il est difficile de faire une évaluation avant d’avoir coursé contre les autres concurrents.

«Il y a plusieurs nouveaux visages et j’évolue dans une nouvelle catégorie cette année. Cependant, les dernières retouches ont été faites à la suspension et la voiture est prête à attaquer la piste», approuve celui qui fait du travail d’excavation en plus de posséder sa boutique de mécanique de performance à Beauport.

Randy Goulet derrière le volant

Photo gracieuseté

Un fait intéressant est que l’équipe de mécanique qui s’occupe du bolide de Randy est constituée d’amis de longue date de son arrondissement.  

La course dans le sang

Il ne faut pas chercher très loin dans la vie de Randy Goulet pour retracer l’origine de sa passion des voitures. «Quand j’étais petit, mon père pouvait décider sur un coup de tête d’aller voir des courses aux États-Unis et il amenait tout le monde. Je baigne dans cet univers depuis mon enfance et ma famille suit encore mes résultats.»

Même si Randy a fait une croix sur son rêve de courser dans les plus hauts niveaux de son sport, il adore encore la compétition et le fort sentiment qu’il éprouve derrière un volant.

«Ça prend beaucoup d’argent pour atteindre les sommets en sport automobile, je l’ai accepté et je le fais maintenant par pur plaisir. Advenant le cas que des gens aimeraient me parler d’améliorer mon sort, ma porte est toujours ouverte.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *