Sports
21:00 30 novembre 2017 | mise à jour le: 15 novembre 2018 à 15:28 temps de lecture: 3 minutes

Joëlle Gosselin, ne jamais oublier d’où on vient

SOCCER. Quand on regarde la carrière de Joëlle Gosselin, on s’aperçoit rapidement que la feuille de route est impressionnante. Cependant, en regardant au-delà des titres de joueuse par excellence, des équipes d’étoiles et des championnats, il reste une fille passionnée profondément en amour avec son sport.       

Joëlle Gosselin assure que ses études en design graphique encouragent sa grande créativité.

Photo gracieuseté Yan Doublet, Rouge et Or

Cette passion du jeu, c’est dans sa jeunesse sur les terrains de soccer de Beauport qu’elle a été cultivée. L’étudiante en design graphique garde un profond attachement pour sa ville natale. « Il y a une belle culture de soccer à Beauport, c’est bien encadré et ça m’a permis de me développer comme joueuse. C’est pour ça que j’aime y retourner et entraîner les équipes de soccer à mon tour, quand mon emploi du temps me le permet. »

L’horaire est d’ailleurs fort chargé pour l’attaquante de quatrième année du Rouge et Or. Après une défaite crève-cœur au championnat national qui a mis fin abruptement à la saison de soccer extérieur, il y a eu seulement deux semaines de repos avant de commencer la saison de futsal (soccer intérieur en salle). Joëlle est néanmoins habituée de jongler avec ce genre d’horaire, elle qui joue sur les équipes élites du Québec depuis l’âge de 12 ans. Quand on lui demande si elle veut prendre un répit, sa réponse est sans ambiguïté: « Non, j’aime beaucoup trop ça! »    

Modèle féminin

À une époque où il y a de plus en plus d’adolescentes qui arrêtent de jouer de façon prématurée, les joueuses du Rouge et Or représentent un modèle important pour les jeunes filles. D’ailleurs, la joueuse voit la situation un peu plus rose que dépeint les médias. « Il y a beaucoup plus de joueuses de soccer maintenant que dans ma jeunesse. Il y a aussi des meilleures foules à nos parties du Rouge et Or et on signe des autographes après les parties aux jeunes joueuses qui viennent nous voir. Il faut simplement continuer et une meilleure couverture médiatique pour le sport féminin serait la bienvenue. »    

Vision d’avenir

Une participation sur l’équipe nationale serait un rêve pour la joueuse qui a évolué dans une équipe semi-professionnelle à Calgary avec quatre coéquipières du Rouge et Or durant l’été. Cependant, ce n’est peut-être pas en soccer extérieur que cette participation pourrait se concrétiser, mais bien en futsal. « Je pense que je suis une joueuse supérieure en futsal, ma puissance et mon jeu technique sont davantage mis en valeur à l’intérieur.» Il sera intéressant de suivre le futur de la joueuse de 23 ans. On peut déjà avancer que la passion sera au rendez-vous et qu’elle n’oubliera pas où elle a fait ses débuts.           

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *