Sports
20:44 30 janvier 2015 | mise à jour le: 30 janvier 2015 à 20:44 Temps de lecture: 3 minutes

Marika Hamel chez les pros

COMPÉTITION. Après une première course de motocross en 2012, Marika Hamel n’aura mis que trois ans à atteindre le niveau le plus difficile. La Beauportoise attend avec impatience la prochaine saison de courses, elle qui a décidé de se lancer chez les pros.

Marika Hamel n’a jamais passé deux années de suite dans la même catégorie, ajoutant un niveau de difficulté chaque nouvelle saison. L’été 2015 ne fera pas exception puisqu’elle passe au dernier niveau, le plus difficile de tous. Certaines coureuses mettent des années à se sentir prêtes pour un tel défi.

«Ma progression a été rapide. J’adore l’adrénaline que me donne la course et je me suis découvert un fort sens de la compétition. Je suis très fière d’avoir évolué à cette vitesse, mais je suis consciente que je devrai travailler très fort pour être au niveau de mes compétitrices. Elles sont nombreuses à avoir commencé le motocross très jeunes et à avoir une expérience de compétition bien plus longue que la mienne. J’ai besoin de défis pour continuer à dépasser mes limites et m’épanouir à travers ma passion», explique la pilote.

La jeune femme prend les grands moyens pour atteindre le succès. Elle souhaite se rendre aux États-Unis comme l’an passé pour prendre part à des courses. En attendant de voir si le projet se concrétisera, elle a équipé sa moto de pneus cloutés et roule en plein hiver quand l’occasion se présente. «Malgré tout, les courses et les compétitions me manquent énormément. J’ai vraiment hâte à cet été. Le nouveau défi de la catégorie femme pro, les courses, le rassemblement entre coureurs; j’ai hâte que la saison recommence.»

Elle suit également un programme d’entraînement physique rigoureux. De la natation deux fois par semaine, trois à quatre sessions d’entraînement en gymnase alliant musculation et cardio et un cours de spinning devraient lui permettre d’être au sommet de sa forme pour le début de la saison. «Je mets les bouchées doubles. L’endurocross est très demandant physiquement. Les courses durent deux heures alors je dois améliorer mon endurance physique et cardiovasculaire. En plus, le poids de la moto m’a causé quelques difficultés l’été dernier, je dois m’assurer de développer la force musculaire nécessaire pour 2015», résume la Beauportoise.

Objectifs

La saison 2014 a été parsemée de hauts et de bas pour Marika Hamel. Batailles pour des positions, compétitrices féroces, circuits plus difficiles, courses plus longues et humeurs capricieuses de Dame nature ont mis l’endurance de la coureuse à dure épreuve. Elle a toutefois atteint l’objectif qu’elle s’était fixé avec une troisième position au pointage final pour le Championnat provincial d’endurocross du Québec.

Dans la catégorie pro, elle vise un top 5. «Une chose est certaine, je vais donner mon 200% et je tenterai de faire encore mieux d’une course à l’autre. J’ai la volonté et la persévérance pour y arriver», conclut la jeune femme.

Envie de suivre Marika Hamel ou de la commanditer? http://www.facebook.com/marika.hamel.5 ou @MarikaHamel821 sur Twitter ou Instagram.

Beauport Express, membre du groupe Québec Hebdo

Articles similaires

07:36 19 septembre 2021 | mise à jour le: 19 septembre 2021 à 10:54 Temps de lecture: 1 minutes
Un silence qui résonne

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *