Sports
19:00 18 décembre 2014 | mise à jour le: 18 décembre 2014 à 19:00 temps de lecture: 4 minutes

Raphaël Gagnon, un passionné de courses à obstacles

COURSES EN MONTAGNES. Animé d’un grand intérêt pour le hockey qu’il pratique depuis son tout jeune âge, Raphaël Gagnon s’est découvert une autre passion l’an dernier, la course à obstacles, une nouvelle discipline dans laquelle il a obtenu une belle performance cette année à Sun Peak, en Colombie-Britannique.

À 14 ans, l’âge minimum pour participer à ce genre de compétition, le jeune Beauportois a terminé l’épreuve de 25 km de course en montagne, agrémentée d’obstacles, en première position de son groupe d’âge avec un temps de 3h 59m qui lui a procuré le 198e rang au total sur 1293 athlètes.

Tant qu’à être sur place, il en a profité après sa course pour faire du bénévolat et courir avec les «Minis Spartan», une activité pour sensibiliser les jeunes à la pratique du sport.

Poursuivant ses études en concentration hockey à l’école secondaire du Mont-Sainte-Anne, à Beaupré, Raphaël a joué au soccer longtemps et il fait actuellement du cross fit et de la course en montagne comme entraînement pour se préparer à ce nouveau type de compétition.

Des parents sportifs

Comme le rappelle le diction populaire à savoir que la graine tombe souvent près de l’arbre, Raphaël peut compter sur des parents sportifs qui l’encouragent constamment à demeurer actif et relever des défis pour se dépasser et atteindre ses objectifs.

Il a fait sa première course au Mont Sainte-Anne à l’été 2013 en prenant part au Défi Viking sur une distance de 5 km. Le même été, il s’est rendu à Sherbrooke avec sa famille pour participer au Boot Camp, une autre course de 5 km.

À l’été 2014, son père Frédérick l’inscrit, à son insu, avec lui au super Spartan Race, une course de 16 km au Massif de Charlevoix. Raphaël était un peu réticent, mais il a tout de même fait le trajet aisément, à sa grande surprise. Le lendemain, sachant que sa mère Isabelle Bolduc prendrait part au sprint de 6,8 km, il s’est réinscrit pour la défier et a encore effectué cette course facilement.

Après avoir complété ces deux courses en deux jours, il a appris sur le site du Spartan Race qu’il y avait une course encore plus difficile, la beast, une épreuve de 25 km présentée à Sun Peak et qu’il y avait un tableau d’honneur pour ceux qui effectuaient les trois courses durant la même saison, le sprint, le super et la beast.

Après plusieurs discussions, son père a accepté d’effectuer un voyage dans l’Ouest canadien, en septembre durant l’année scolaire, afin qu’il prenne part à cette dernière course et qu’il obtienne sa médaille Trifecta.

«Tout cela était conditionnel bien sûr à ce qu’il paie une partie de son voyage. Raphaël a donc travaillé, pris son argent gagné au Festi Drag durant son emploi d’été et il a réussi à se trouver quelques commanditaires pour effectuer son voyage de trois jours», souligne son père.

Des projets pour 2015

Raphaël envisage deux possibilités pour 2015. Son choix n’est pas encore arrêté et son budget va influencer sa décision. Il aimerait être le premier jeune de 15 ans à faire l’ultra beast, une course complètement folle de 50 km, toujours en montagne, et qui regroupe la crème des athlètes Spartan.

«Si ce projet s’avère trop difficile à atteindre, il sera simplement remis à l’été 2016. Il se contentera alors de faire un double Trifecta, soit prendre part à deux sprints, deux supers et aux deux courses beast canadiennes. Bien entendu, Reebok a également une médaille pour ceux qui effectuent ce doublé durant l’été. Il compte bien l’ajouter à sa collection. Son autre objectif ultime est de terminer la course avant son père!», confie M. Gagnon.

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *