Sports
19:53 4 octobre 2014 | mise à jour le: 4 octobre 2014 à 19:53 temps de lecture: 3 minutes

Victor Caron, un grand passionné de golf

GOLF. Le Club de golf Beauport compte parmi ses joueurs réguliers un véritable passionné de ce sport. Âgé de 90 ans, Victor Caron y joue en moyenne plus d’une centaine de parties par saison, les deux parcours à normales 3 et 4 n’ayant plus de secrets pour ce golfeur d’expérience qui pratique cette activité de loisir depuis plus de 76 ans.

Né le 24 septembre 1924 dans la paroisse de Saint-Louis de Courville, Victor Caron a appris les rudiments du golf en travaillant comme caddie dès l’âge de 14 ans au Kent Golf Club de Courville qui se trouvait à proximité du Manoir Montmorency.

«Mes tâches consistaient à transporter les sacs de bâtons pour les joueurs et à les nettoyer. Je marchais 18 trous pour gagner un salaire de 35 cents par jour. Je me trouvais très chanceux, car à l’époque c’était la crise et certains travailleurs ne recevaient que 20 cents par jour», se rappelle M. Caron.

Un sac de quatre bâtons !

C’est à partir de ce temps qu’il a pris goût à jouer au golf. Présent au tournoi amical annuel du club, il a raconté au terme de la journée qu’il avait commencé à jouer avec quatre bâtons, un driver en bois, un «brassier» bois 3, un «spoon» qui équivalait à un fer 9 et un putter.

Qualifié de gentleman et de joueur calme, il fréquente le Club de golf Beauport depuis son ouverture en 1988 alors qu’il y avait seulement le parcours à normale 3. Au cours des 26 dernières années, il a profité de l’ajout du parcours à normale 4 pour y jouer en moyenne plus d’une centaine de parties par saison. Son record est de 142 rondes de neuf trous en 2012.

De son domicile à Place Alexandra, il se déplace régulièrement au club en quadriporteur qu’il a modifié pour y installer un support adapté à son sac de golf.

Encore un excellent joueur

«M. Caron se démarque par ses qualités en plus d’être un excellent joueur. Il frappe toujours sa balle avec précision, bien droite, ce qui ne le met jamais dans une mauvaise situation de jeu. Comme il le dit si bien :« Pour mon âge, je frappe encore 200 verges moins 50!», soulignent Lucie Beaudry et Jacinthe Goupil, deux joueuses assidues du club qui ont eu l’opportunité de le côtoyer sur le parcours.

Les propriétaires du club, Jacques Bélanger, fils et Jacques Bélanger, père, ont d’ailleurs profité du tournoi amical annuel pour lui remettre une plaque souvenir et présenter un gâteau pour fêter ses 90 ans. Plusieurs personnes qui ont eu le plaisir de jouer avec lui étaient présentes pour partager ces beaux moments.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *