Sports
20:56 2 février 2015 | mise à jour le: 2 février 2015 à 20:56 temps de lecture: 3 minutes

Sara Couillard: la relève en boxe

BOXE. Sara Couillard n’a rien d’une «grosse dure». Avec son air angélique et sa petite voix, on s’attend à ce qu’elle travaille dans les cosmétiques plutôt qu’elle veuille devenir championne canadienne de boxe. La jeune femme de 22 ans fait pourtant les deux.

Sara Couillard travaille à temps plein comme gérante en cosmétiques dans une pharmacie. Elle faisait beaucoup d’entraînement au gym, jusqu’à il y a un an et demi où elle s’est mise à la boxe en récréatif. Pourquoi la boxe? «J’aime les sports individuels qui font dépenser beaucoup d’énergie. Je suis assez carriériste et le côté dépassement de soi m’attirait», raconte la jeune femme. Elle combat actuellement dans la catégorie amateur, dans les 52 kg. Son sport lui demande plus de 10h par semaine.

La boxe en récréatif ne permet pas les combats avec des contacts physiques. Après un an d’entraînement à boxer, Sara a voulu combattre. Elle a alors demandé à son entraîneur, Ghislain Vaudreuil, si elle pouvait essayer pendant une semaine le volet compétition. Elle y est restée. Sara Couillard s’entraîne au Pro-Am, un club de boxe de Limoilou. Elle réside d’ailleurs dans le quartier. L’année dernière, elle a fait trois combats, qu’elle a perdus, tandis que depuis septembre, elle a gagné six des huit combats auxquels elle a participé. Ce sport «d’adrénaline», comme elle le dit, lui permet de gérer ses émotions et de voir les petits échecs de la vie quotidienne sous un autre angle.

Le point de vue de l’entraîneur

«On se respecte beaucoup dans le club, on est comme une famille. Les gars me respectent beaucoup», raconte Sarah, l’une des rares filles du club de boxe Pro-Am. Sara Couillard est très proche de son entraîneur, Ghislain Vaudreuil. «Elle me fait confiance et ça c’est très important, rapporte M. Vaudreuil. Pour moi, Sara c’est la relève, c’est une travailleuse acharnée, elle est déterminée et persévérante. J’ai beaucoup d’espoir pour elle, même si ce n’est pas la plus talentueuse, ni la plus rapide. Mais elle a la force et la volonté de vaincre l’adversité», raconte-t-il.

Sara Couillard progresse de façon fulgurante, elle est allée en finale de la compétition provinciale les Gants d’argent et vise une belle performance aux Gants dorés qui se tiendront fin mars à Rivière-du-Loup. Elle se donne deux ans pour être championne canadienne. «Cette année, c’est l’année de la transformation pour Sara. Elle va atteindre les hauts-standards pour aller dans les championnats canadiens. Sara a toujours le goût d’être la meilleure», fait valoir M. Vaudreuil.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *