Sports
13:33 20 avril 2014 | mise à jour le: 20 avril 2014 à 13:33 temps de lecture: 3 minutes

Le hockey se joue aussi entre filles

HOCKEY FÉMININ –Le programme sport-études en hockey féminin fera son entrée à l’école Cardinal Roy en septembre prochain. Déjà neuf filles se sont inscrites pour participer à ce premier programme de développement individuel sur les régions Québec-Chaudières-Appalaches.

Ce programme sport-études en hockey féminin permettra aux athlètes, de secondaire 2 à 5, de bénéficier d’un encadrement individuel sur le plan scolaire et sportif approprié à leur démarche d’excellence en hockey.

Hockey Québec offre ainsi des heures de glace supplémentaires aux jeunes filles élites «pour pouvoir progresser individuellement. Actuellement, les filles ont une pratique de 90 minutes par semaine. Avec ce programme, Hockey Québec offrira 8,5 heures de perfectionnement. Les filles vont avoir près de 100 entraînements de plus sur une année», explique Philippe Tremblay, responsable de ce programme à l’école Cardinal-Roy et ancien joueur des Remparts.

Un entraînement intensif

Sur la glace, il ne sera pas question de former une équipe, mais bien d’entraîner les hockeyeuses. «Il s’agit d’un programme de développement individuel de l’athlète dans le but de favoriser l’amélioration des aspects technique, tactique, physique et psychologique», souligne Sylvain B. Lalonde, directeur général de la fédération.

Patins, tirs, protection de la rondelle, situation d’opposition, sont autant de techniques que les athlètes, de niveau Bantam AA à Midget AAA et celles identifiées Relève aux programmes sport-études reconnus, perfectionneront.

Le patin dès 4 ans

Actuellement, les filles suivent un entraînement mixte. Elles intégreront le programme dès la rentrée prochaine en s’entraînant sur la patinoire du Pavillon de la Jeunesse. «J’ai commencé par le patinage artistique à 4 ans. C’est une passion. Dans ma famille, tout le monde joue au hockey, moi aussi», résume Kimberley Vigneault, Midget AAA, originaire de Sept-Îles.

La Beauportoise, Émilie Fortin, suit les traces de sa sœur qui joue au niveau collégial. «J’espère intégrer Équipe Québec», confie celle qui souhaite participer aux prochains Jeux du Canada en février prochain. Une ambition partagée par Kimberley Vigneault.

Quant à Juliette Vincent, Bantam AA, elle «joue pour le plaisir. C’est en voyant mon frère jouer au hockey que j’ai eu le goût d’essayer», explique celle qui vit à Beauport et qui a chaussé pour la première fois des patins à l’âge de 6 ans.

Ce programme sport-études leur paraît une véritable chance de développer le hockey féminin. «Aujourd’hui, on s’entraîne avec les gars, c’est bien, mais les techniques sont différentes. La chimie sera différente avec seulement des filles. Beaucoup de filles ont peur de jouer avec des gars car ils nous jugent», explique Émilie Fortin, Midget AAA.

«Pour la première année de ce programme, si j’ai une quinzaine de filles, je serai content, espère Philippe Tremblay. Déjà neuf sont inscrites. Les filles ne peuvent que s’améliorer et peut-être cela intéressera d’autres jeunes filles. C’est un pas dans la bonne direction.»

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *