Sports
19:10 26 novembre 2014 | mise à jour le: 26 novembre 2014 à 19:10 temps de lecture: 3 minutes

Le croquet gagne du terrain

CROQUET. Le croquet est un sport récréatif assez méconnu. Pourtant, il existe depuis longtemps au Québec et ailleurs, surtout en France et en Angleterre. C’est d’ailleurs à Québec, dans Saint-Roch que fut publié en 1887 un livret de règlements du jeu.

Suzanne Hébert est directrice du Conseil d’administration de la Fédération des clubs de croquet du Québec (FCCQ)-une organisation à but non lucratif, et arbitre pour la Fédération également. Physiothérapeute de carrière, elle consacre beaucoup de temps à son activité favorite, principalement les fins de semaine, lorsqu’elle a du temps libre. Chez elle, le croquet est une tradition familiale, «j’ai commencé à jouer vers l’âge de 14 ans avec mes parents qui avaient un terrain dans Lotbinière», raconte-t-elle. Aujourd’hui, son conjoint ainsi que d’autres membres de sa famille jouent en clubs.

Le jeu

Pour jouer au croquet, il est nécessaire d’avoir un maillet, «chaque joueur a son propre maillet», souligne la joueuse experte. Des boules en phénolite, des arceaux et un terrain de dimension approprié sont requis. Le but du jeu est de réaliser un parcours dans les arceaux et proches des piquets. Le but du jeu est d’être le premier à faire passer sa boule sous tous les arceaux du parcours et toucher le piquet final. «C’est un jeu qui demande de l’adresse, et qui s’apparenterait au billard, et peut-être aussi aux échecs sur le plan de la stratégie», explique Mme Hébert. Il existe trois sortes de jeux à sa connaissance. «Cela ne demande pas une force physique énorme, mais il faut quand même être capable de se pencher», souligne Suzanne Hébert.

L’avantage du jeu est qu’on peut le pratiquer en intérieur sur du tapis lorsque le temps n’est pas clément et dehors sur des terrains en poussière de pierres. «La partie est d’une durée d’une heure, et il y a quatre joueurs, en équipes de deux», mentionne la joueuse.

Où peut-on jouer à Québec?

Le centre communautaire Ferland, dans Limoilou possède une installation fixe à l’intérieur. Il possède son propre club: le club de croquet Saint-Fidèle. Il existe un terrain à Sainte-Anne de Beaupré. Le croquet est intergénérationnel, «c’est un loisir familial, mais surtout social», soutient Mme Hébert. Au club Saint-Fidèle, de nombreuses activités en lien avec ce sport récréatif sont proposées. Il faut être membre du club et après, le club décide d’être dans la FCCQ. C’est le cas pour Saint-Fidèle. La FCCQ joue à un niveau plus compétitif que les clubs non membres. La FCCQ propose d’ailleurs d’aider les gens qui ont un terrain et veulent se construire un jeu «maison» à aménager un terrain de croquet aux bonnes dimensions.

Fédération des clubs de croquet du Québec (FCCQ) : http://croquet.quebecjeux.org/

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *