Sports
15:00 21 janvier 2017

Santé mentale: Marie-Soleil Dion veut mettre fin à la stigmatisation

SANTÉ MENTALE. Pour une deuxième année consécutive, la comédienne Marie-Soleil Dion, connue pour ses rôles dans Like-Moi et L’Échappée, s’est impliquée dans la campagne Bell Cause pour la cause. Selon elle, «notre société avance grandement dans la lutte contre la stigmatisation, mais elle a encore du travail à faire».

Dans son témoignage, elle insiste sur l’importance d’en parler à une personne, qui deviendra un allié. Elle se base sur son expérience personnelle. Du jour au lendemain, au bon milieu de sa cinquième année au secondaire, cette première de classe, présidente de l’école, capitaine des équipes d’improvisation et de théâtre, n’avait plus envie de se lever le matin.

«J’étais énormément fatiguée. J’ai fait une dépression. J’ai la chance d’avoir un bon entourage, ce qui est vraiment important. J’en ai parlé à mes parents et j’ai été chercher de l’aide.»

Elle livre également un message aux personnes qui souffrent en silence : il faut être ouvert au dialogue et trouver des gens réceptifs. «En parlant de notre situation, cela nous permet de mettre des mots sur nos problèmes. Après cela, tu peux dénicher des ressources», a lancé la femme de 32 ans au cours d’une envolée oratoire convaincante.

Bell a débuté son implication dans la santé mentale en septembre 2010. À ce jour, la compagnie de télécommunication a versé près de 80 M$ à divers programmes d’aide.

«Ce n’est pas parce qu’une personne doit prendre des médicaments qu’elle est automatiquement folle, s’indique-t-elle. C’est une vieille idéologie, provenant de nos croyances, que nous devons changer.»

Soutien à Étienne Boulay

L’ancien joueur de football, Étienne Boulay, lui aussi porte-parole dans la campagne depuis deux ans, a récemment annoncé sur sa page Facebook qu’il se retirait de la vie publique le temps de retourner en thérapie.

Une nouvelle qui a frappé sa collègue et amie : «J’ai de la peine, je l’aime beaucoup ce gars-là. Il a fait de grands efforts pour traverser de nombreuses épreuves. Il a eu le courage d’aller chercher de l’aide rapidement.»

Lors de ses années sur la pelouse verte avec les Alouettes de Montréal et les Argonauts de Toronto, Boulay se décrivait lui-même comme un «kamikaze». Un gars excessif, qui apprécie le jeu viril et qui laisse tout sur le terrain.

«Je l’admire. Étienne a tenu à rappeler aux gens que cela arrive à tout le monde, même à un ancien footballeur et un père de famille très fort.»

Rappelons que toute la journée du 25 janvier, pour chaque message texte, appel, tweet, publication Instagram, visionnement du vidéo Facebook ou utilisation du géofiltre Snapchat, Bell versera 5 ¢ de plus pour des initiatives en santé mentale au Canada.

Québec Hebdo

Charles Lalande


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette