Sports
15:00 8 janvier 2017

Jean-Philippe Plamondon vise un podium aux Jeux Invictus

JEUX INVICTUS. Âgé de 27 ans, Jean-Philippe Plamondon se prépare pour les Jeux Invictus, compétition multisports pour soldats et vétérans de guerre blessés et handicapés, qui auront lieu au mois de septembre prochain à Toronto.

Jean-Philippe Plamondon a de gros objectifs quant aux Jeux Invictus. (Photo gracieuseté – Alain Gauthier)

«Pour moi, c’est la chance de pouvoir représenter mon pays malgré mon handicap, de montrer aux gens ce qu’un soldat blessé peut accomplir et de lancer un message aux autres soldats blessés de ne pas baisser les bras.»

Il s’agit d’un grand défi qui demande beaucoup de préparation. Chaque jour, il s’entraîne une heure de façon intensive à la maison. Deux fois par semaine, il se rend à la Zone Rouge, pour un entraînement supervisé par un spécialiste du vélo.

Aux mois d’avril et de juin, il peaufinera sa préparation à Victoria, en Colombie-Britannique, puis dans la Ville Reine.

Au terme de cette année consacrée à l’entraînement, il entend se présenter sur la ligne de départ et donner son maximum. Tant mieux s’il monte sur le podium, ajoute-t-il, voyant cela comme un bonus à sa satisfaction personnelle.

De l’aide reçue

À 19 ans, Jean-Philippe Plamondon, résident du quartier Les Saules, a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Depuis, il a eu la chance de compter sur le Centre de parrainage civique de Québec (CPCQ), un organisme qui vise à l’amélioration de la participation sociale de personnes de notre milieu, vivant avec des incapacités soit physique, intellectuelle ou ayant un problème de santé mentale.

«Le parrainage m’a permis de sortir de mon isolement, car après mon AVC, je n’étais plus le même, alors ton cercle d’amis s’efface lentement… Tu te retrouves seul, devant l’ordi et le téléviseur, tu es oublié par plusieurs qui sont peut-être mal à l’aise face à ta nouvelle personne.»

Au fil des années, il a pu compter sur plusieurs parrains et marraines, qui ont fait une différence dans sa vie. «Ils m’ont permis de faire des activités simples, comme aller à la SPCA promener des chiens abandonnés et sortir de la maison sans avoir l’impression de toujours demander à mes parents», a dit celui qui a tenu à souligner l’apport de Guillaume, son parrain actuel.

Jean-Philippe Plamondon est nouvellement membre de la Légion Royale Canadienne, dont la mission est d’aider les anciens combattants et leurs personnes à charge. Son père, Gaétan, en est d’ailleurs bien heureux : «Là-bas, il pourra répondre son sourire et son envie de vivre pleinement avec ses limitations aux gens qui ont besoin d’aide, un des objectifs de la Légion.»

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *