Sports
01:00 29 juillet 2015

Chien de berger, chien de ville

HERDING. Le Border collie Max est le meilleur berger de sa catégorie. Ses grands yeux bruns – et les commandements de son maître Patrick Gosselin – ont un effet bœuf sur les moutons ! Max et son maître font partie des quelques adeptes québécois de herding, ou contrôle de troupeau.

Qui dit herding, dit moutons. Parce qu’ils sont plutôt rares dans le secteur des Méandres, Patrick Gosselin les «loue» au Clos DuSilence quelques heures par semaine. «Pour moi c’est mon évasion. C’est un beau sport, parce qu’il permet de s’évader en nature, sur une ferme», fait-il valoir.

Les compétitions sont d’ailleurs un miroir de la vie à la ferme : le chien devra effectuer diverses figures avec du vrai bétail. «Si je vais donner du grain aux moutons, ils vont me bousculer ; pas si j’ai mon chien avec moi», illustre Nancy Guérin, organisatrice des compétitions au Clos DuSilence. «Ça permet de montrer aux citadins l’importance du chien.»

Faire revivre la tradition

En réunissant les adeptes dans le cadre de compétitions, Mme Guérin s’efforce de faire revivre la tradition : «Quand on va dans les milieux anglophones, on voit beaucoup de gens qui travaillent avec leur [chien de berger]. Ici au Québec, on a perdu ça.» Néanmoins, il y a de l’intérêt, s’enthousiasme-t-elle. «Ça se fait tout doucement».

Tests d’instinct

Si la tradition se perd, l’instinct aussi, souligne Mme Guérin. Pour valider les aptitudes de Max, Patrick Gosselin a dû le soumettre à un test d’instinct. «Il faut vraiment faire un effort de sélection [si on veut continuer] d’avoir des bonnes lignées de travail», explique Nancy Guérin. «Si les éleveurs sélectionnent des bêtes pour faire de bons chiens de famille, ça fait des chiens qui perdent leur instinct», déplore-t-elle. En revanche, rien n’empêche un bon berger d’être un bon chien de famille, conclut l’éleveuse.

Compétitions

Max et son maître sont repartis décorés d’une première place chez les intermédiaires et du meilleur pointage de la journée, lors de leur dernière compétition, en juin. En septembre prochain, ils défendront leur titre de champions sur les terres du Clos DuSilence, à l’occasion de l’épreuve «Chien de ferme par excellence».

 

 

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *