Société
14:59 31 août 2022 | mise à jour le: 9 septembre 2022 à 08:30 Temps de lecture: 4 minutes

Au dodo avec Bedaine Urbaine

Au dodo avec Bedaine Urbaine
Une routine stable et sécurisante est bien entendu un outil des plus importants pour faciliter l’endormissement.

Marie-Pier Villeneuve, une maman monoparentale de Lac-Beauport, a lancé il y a maintenant 10 ans le site Bedaine Urbaine. Aujourd’hui, la page Facebook de l’entreprise est suivie par plus de 21 000 mamans qui redemandent ses conseils judicieux sur le sommeil de leurs tout-petits. Elle nous a donc donné quelques trucs pour favoriser le dodo de nos petits cocos, de 18 mois à 5 ans plus précisément.

Marie-Pier conseille d’abord aux mamans de se faire confiance puisqu’elles ont souvent tendance à penser que les troubles du sommeil de leur enfant sont de leur faute à elles. «Les troubles du sommeil sont souvent le résultat de plusieurs facteurs tels: le développement de l’enfant, son tempérament, son sentiment d’insécurité et, bien entendu, les émotions de la maman. Paradoxalement, plus la maman sera épuisée et au bout du rouleau, plus l’enfant, sans en prendre conscience, demandera à ce qu’elle reste de toutes les façons afin de rassurer sa maman», explique-t-elle.

Selon elle, le Terrible Two est un passage obligé, en ce sens que le développement autant émotionnel que physique de l’enfant n’est pas encore assez au point, alors qu’il vit en même temps un besoin de montrer un peu plus son indépendance. «Donc sa capacité, par exemple, à remonter sa fermeture éclair n’étant pas assez optimale, il va avoir de la difficulté à contrôler son émotion de frustration, ce qui explique pourquoi ça peut finir en roulade par terre et en crise. Pour ramener ceci au sommeil, tout changement émotionnel à cette période peut amener des régressions dans son sommeil. Donc rassurez-vous les mamans, ce n’est pas de votre faute!», assure-t-elle.

Elle explique par ailleurs comment le fait de passer sa journée à la garderie peut rendre l’enfant de plus en plus irritable avec la journée qui avance. Cela s’explique par le fait que le niveau de fatigue augmente, ce qui rend les émotions plus difficiles à gérer. «C’est un peu comme nous quand on revient du bureau. On a passé la journée avec notre personnalité de bureau et on a une autre personnalité une fois à la maison. Donc quand l’enfant arrive à la maison, il relâche toutes les émotions qu’il a retenues dans la journée. La solution c’est vraiment de le coucher plus tôt que tard. Même s’il ne s’endort pas plus vite nécessairement, la gestion de ses émotions associées au coucher sera beaucoup plus facile si on le couche plus tôt», expose-t-elle.

«Il faut être authentique avec notre enfant. Quand les heures de dodo sont difficiles, que l’endormissement est long et que tu te sens irritable par rapport à ça, ça n’envoie pas le bon message de continuer à cajoler sur un ton de calinours. Ton enfant ne peut pas comprendre que ça suffit.»

Marie-Pier Villeneuve

Il ne faut pas oublier également que chaque enfant est différent et a des besoins uniques. «Des petits dormeurs, des grands dormeurs, des couche-tard, des lève-tôt. Ça fait partie de l’unicité de l’enfant et c’est un peu notre mission à Bedaine Urbaine de faire comprendre aux mamans que les méthodes magiques ça n’existe pas, qu’établir une routine de sommeil ça prend de la constance et du temps. Et, au bout du compte, il faut aussi savoir s’adapter au rythme propre à notre enfant et développer des solutions autour de ça. Par exemple, le cododo le matin s’il se lève trop tôt, ou des activités autonomes dans sa chambre le temps que le reste de la maisonnée se lève, ou encore une horloge lumineuse pour lui apprendre la gestion du temps.»

Elle rappelle en terminant que s’oublier en tant que femme quand on devient maman est courant. «Pourtant, ce que nos enfants veulent c’est une maman authentique et bien avec elle-même.»

Marie-Pier Villeneuve Fondatrice et conseillère principale chez www.bedaineurbaine.com

Le conseil qu’elle répète le plus souvent? Couchez vos enfants plus tôt!

De plus en plus de mamans élèvent leurs enfants seules au Québec. Les défis des mamans monos s’adresse à ces femmes et vise à les aider à relever leurs défis particuliers.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.