16:25 4 mai 2022 | mise à jour le: 4 mai 2022 à 15:55 Temps de lecture: 4 minutes

L’espérance de vie au Québec revient à son niveau prépandémique

L’espérance de vie au Québec revient à son niveau prépandémique
Photo: iStock

L’espérance de vie de la population québécoise atteint 83 ans en 2021, après avoir subi une baisse importante en pleine crise pandémique au cours de l’année 2020. Ce résultat provient du bulletin La mortalité et l’espérance de vie au Québec en 2021, publié par l’Institut de la statistique du Québec.

L’espérance de vie au Québec, qui était de 82,9 ans en 2019, avait baissé à 82,3 ans en 2020. En 2020, elle s’élevait à 80,6 ans chez les hommes et 84,0 chez les femmes, soit respectivement un recul de 5 mois et de 8 mois par rapport à 2019. Il s’agissait d’une exception, car, normalement, l’espérance de vie tend plutôt à augmenter avec le temps.

Selon les conditions de mortalité de 2021, la durée de vie moyenne s’établit à 81,1 ans chez les hommes et à 84,9 ans chez les femmes. Néanmoins, l’espérance de vie de 2021 n’est pas revenue au niveau de 2019 dans la majorité des pays pour lesquels des données sont disponibles.

Avant la pandémie, on pouvait déjà observer un léger ralentissement de la croissance de l’espérance de vie au Québec, mais il était plus marqué dans le reste du Canada, et plus encore aux États-Unis. L’avantage de la province par rapport à ses voisins en matière d’espérance de vie s’est donc accru au cours des dernières années.

C’est une bonne nouvelle, et ce, malgré tout ce qui s’est passé dans cette période lourde de pandémie.

Le directeur national de santé publique du Québec par intérim, le Dr Luc Boileau, au sujet de l’espérance de vie au Québec

L’écart entre le Québec et les États-Unis, qui était d’environ 2 ans en 2001, est passé à 4 ans en 2019, et il s’est creusé davantage avec la pandémie pour atteindre 6 ans en moins aux États-Unis, selon l’estimation provisoire de 2021.

Une surmortalité de 4,5 %

Les différentes autorités ne comptabilisant pas les causes de décès liées à la COVID-19 de la même façon, l’analyse de la surmortalité s’est imposée comme l’approche permettant la meilleure comparaison des conséquences sanitaires de la pandémie.

Avec l’approche qui compare le nombre de décès normalement attendu à celui réellement observé, on constate que la surmortalité nette s’établit à 4,5% au Québec entre le début de la pandémie et le 12 mars 2022, soit environ 6400 décès de plus qu’attendu, toutes causes confondues. Cette surmortalité nette est inférieure au nombre de décès liés à la COVID-19 qui ont été rapportés pour la même période.

Ce résultat peut notamment s’expliquer par le fait que les décès supplémentaires liés à la COVID-19 ont été compensés par un effet de moisson (devancement de certains décès en 2020) et par l’effet protecteur de certaines mesures sanitaires, qui ont pu faire diminuer la mortalité liée à d’autres causes (par exemple la grippe).

Que représente l’espérance de vie?
– L’espérance de vie de 2021 représente le nombre moyen d’années qu’une population pourrait s’attendre à vivre si elle était soumise tout au long de sa vie aux conditions de mortalité de l’année 2021.
– L’espérance de vie à la naissance de 2021 ne représente pas la durée de vie moyenne qu’auront dans les faits les enfants nés en 2021, car cette durée dépendra de l’évolution future de la mortalité.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.