Société
17:40 1 avril 2017 | mise à jour le: 18 octobre 2021 à 15:26 Temps de lecture: 2 minutes

L’autisme vu de «l’intérieur»

SANTÉ. Atteinte d’autisme de haut niveau, Brigitte Harrisson explique l’autisme aux non-autistes, partageant les connaissances et expériences de la spécialiste Lise St-Charles, en collaboration avec Kim Thúy, auteure et mère d’un jeune autiste.

Brigitte Harrisson et Lise St-Charles

TC Media – Geoffré Samson

Le livre L’autisme expliqué aux non-autistes permet l’apprentissage du trouble du spectre de l’autisme (TSA) à travers trois univers distincts. « Cet ouvrage permet d’obtenir des renseignements précis et des descriptions de la condition vécue de l’intérieur», mentionne Mme St-Charles, diplômée en supervision de l’intervention auprès des personnes TSA.

Selon les auteures, l’ensemble des écrits sur le fonctionnement autistique menait à des analyses venant de personnes non atteintes de cette condition. Ces renseignements «extérieurs» n’avaient pas la cohérence nécessaire pour comprendre l’autisme.

Un résultat de plusieurs années de recherche qui permet d’éclaircir certains mythes, comme «l’autiste vit dans sa bulle». Écrit avec une vulgarisation simple, le livre renferme des anecdotes, des faits, et des expériences concrètes.

«Tout entre par les yeux. Car si un toucher n’est pas vu et que le cerveau ne peut pas associer une image à la sensation physique ressentie, cela peut causer un malaise», exprime Mme Harrisson qui a appris sa condition à l’âge de 32 ans.

Depuis leur rencontre en 2006, les coauteures ont fondé un centre d’expertise en autisme, à Québec. Elles ont créé le modèle SACCADE. Tout comme le braille est un langage destiné aux non-voyants et celui des signes pour les malentendants, le Langage SACCADE Conceptuel (LSC) permet aux personnes autistes de communiquer et de percevoir les émotions. Le LSC est utilisé par les familles et de nombreuses écoles de la province.

La prévalence du TSA, au Canada, est estimée à 1% de la population.

L’autisme expliqué aux non-autistes est disponible depuis mercredi, à quelques jours de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le 2 avril prochain.

«Je ne fais que visiter cette planète», conclut Brigitte Harrisson.

À LIRE ÉGALEMENT: Une mère, quatre enfants et le «Spectre de l’autisme»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *