Publireportages
08:49 16 septembre 2020 | mise à jour le: 16 septembre 2020 à 09:39 temps de lecture: 7 minutes

La communauté répond à l’appel : près de 1 000 arbres plantés à Québec grâce à l’effort collectif

La communauté répond à l’appel : près de 1 000 arbres plantés à Québec grâce à l’effort collectif
(Photo gracieuseté)

Plus de 104 000 : c’est le nombre total d’arbres sur les propriétés municipales de la Ville de Québec. Cela correspond, lorsqu’on y ajoute les arbres localisés sur des terrains privés, à un indice moyen de canopée de 32% pour l’ensemble de la ville. Bien que la capitale fasse bonne figure en matière de foresterie urbaine, elle n’entend pas s’arrêter en chemin. À l’automne 2015, elle a adopté sa Vision de l’arbre 2015-2025 dans laquelle elle s’engageait à accroître et protéger sa forêt urbaine dans le but d’augmenter son indice de canopée à 35% d’ici 2025.

Un partenariat fertile pour soutenir la collectivité

(Photo gracieuseté)

Pour atteindre cet objectif, la Ville de Québec ne pouvait agir seule et uniquement sur l’espace public. C’est pourquoi elle s’est engagée à favoriser l’effort collectif dans le verdissement des terrains privés en interpellant citoyens, gens d’affaires et organismes du milieu pour contribuer à l’atteinte de cet objectif. Afin de faciliter les démarches de la municipalité, une collaboration est née avec le Jour de la Terre et la Fondation des Cowboys Fringants qui a mené à la mise sur pied du programme Demain la forêt – Ville de Québec. Ce programme, qui s’est déployé sur 2 ans, a permis de supporter les initiatives locales favorisant le verdissement des terrains privés résidentiels, institutionnels, industriels et commerciaux, en complémentarité avec les actions municipales. « Le programme vise à planter des arbres à grand déploiement sur des terrains privés et ainsi à aider la Ville de Québec à concrétiser sa Vision de l’arbre, explique Antoine Paquet-Moisan, agent de liaison pour Demain la forêt – Ville de Québec. » En 2020, sept initiatives réparties à travers tout le territoire de la capitale ont été soutenues. « Le tout est directement financé par la Ville de Québec et par diverses initiatives du Jour de la Terre. Le programme été notamment soutenu par des artistes dont l’humoriste Louis-José Houde qui a généreusement donné 1$ par billet vendu pour son spectacle Préfère novembre », précise M. Paquet-Moisan.

 

Des arbres contre les îlots de chaleur

Si les multiples bienfaits des arbres sont bien connus, notamment sur la santé publique et la lutte aux changements climatiques, tous n’en bénéficient pas autant : une dizaine de quartiers de la Ville de Québec, dont une majorité de quartiers centraux, se partagent le triste record des indices de désimperméalisation les plus forts (supérieurs à 55 %) et de canopée les plus faibles (inférieurs à 15 %).  L’engagement de la communauté dans ces secteurs plus vulnérables est donc des plus précieux et le soutien du programme pour y parvenir essentiel.

 

Parmi les initiatives soutenues par Demain la forêt – Ville de Québec  depuis 2019, les concertations Verdir Saint-Sauveur et Verdir Saint-Roch, bien ancrées dans les quartiers centraux, ont pris en main la mobilisation de la population locale en invitant les citoyens à planter sur leur terrain. Ce sont finalement quelques dizaines d’arbres qui ont ainsi pu être plantés chez des particuliers, contribuant en somme au bien-être de leur communauté.

Dans le quartier Vanier, ce sont deux projets du CRE-Capitale Nationale qui contribueront cet automne à la réduction des îlots de chaleur par la déminéralisation de surfaces imperméables et la mise en place d’infrastructures vertes, favorables à une meilleure gestion des eaux pluviales. Les plantations auront lieu à proximité de logements sociaux (25 arbres) et sur une section du stationnement du centre commercial Fleur-de-Lys, propriété de Trudel Alliance (55 arbres).

Des arbres pour mieux apprendre

Si la création d’îlots de fraîcheur est au cœur de nombreux projets soutenus par Demain la forêt – Ville de Québec, cela est d’autant plus pertinent en contexte scolaire. L’agent de liaison souligne d’ailleurs le fort engouement des groupes dans le verdissement des cours d’école : « Il s’agit souvent de permettre une diminution des îlots de chaleur et d’améliorer l’environnement d’apprentissage des élèves dans le but de favoriser leur concentration et leur réussite.», assure-t-il.

Parmi ces projets, 45 arbres seront plantés aux alentours des écoles primaires Chabot et de la Chanterelle par L’Association forestière des deux rives (AF2R) cet automne. L’organisme Nature Québec, dans le cadre de son programme Milieux de vie en santé, verdira quant à lui les cours des écoles Saint-Malo, Sainte-Monique et Sacré-Cœur par la plantation de 18 nouveaux arbres, dont plusieurs plantés dans des espaces fraîchement déminéralisés. Les jeunes du secondaire ne sont pas en reste : dans le secteur de Sainte-Foy, c’est l’école De Rochebelle qui s’est engagée à planter une vingtaine d’arbres afin de mettre en place une barrière végétale bloquant une partie de la pollution atmosphérique issue de l’autoroute Henri-IV.

(Photo gracieuseté)

Un engagement de la communauté prometteur

Depuis le printemps 2019, ce sont au total 15 initiatives validées par un comité scientifique qui ont été soutenues par Demain la forêt, propulsant le verdissement de 46 sites par la communauté et la plantation de 981 arbres à travers la ville. Au-delà de ces projets ponctuels, la plupart des organisations à but non lucratif ayant bénéficié de ce soutien participent à une table de concertation pilotée par la Ville de Québec. Près de vingt organismes engagés envers la forêt urbaine s’y rencontrent quelques fois par année depuis 2019, dans l’objectif de susciter l’effort collectif dans la plantation d’arbres sur les terrains privés et de contribuer à augmenter l’indice de canopée à 35%. Pour ce faire, la Table canopée vise aussi à favoriser le maillage de leurs expertises, le partage de bonnes pratiques et la mise sur pied de projets collaboratifs. Ainsi, l’avenir de l’engagement de la communauté dans le verdissement et l’impact collectif qui pourra résulter de cette jeune concertation ne peuvent être que prometteurs pour la forêt urbaine de Québec et la résilience de la municipalité.

 

Pour connaître le détail des différents projets qui ont été soutenus par le programme Demain la forêt – Ville de Québec : https://jourdelaterre.org/qc/tous-les-jours/programmes/demain-la-foret-guichet-a-quebec/

 

L’indice de canopée

L’indice de canopée exprime l’importance de la forêt urbaine dans une ville et correspond au pourcentage de la superficie occupée par la couverture procurée par la cime des arbres sur la superficie de l’ensemble du territoire. Calculé à partir de photos satellitaires datant de 2015, l’indice de canopée de la ville de Québec à l’intérieur du périmètre d’urbanisation (PU) est de 32%, tandis que ceux des arrondissements varient de 17% (La Cité-Limoilou) à 43% (La Haute-Saint-Charles).

(Photo gracieuseté)

Quelques bienfaits du verdissement urbain

  • La filtration de l’air: les arbres piègent les particules fines, absorbent le CO2 et certains ont même la capacité de séquestrer des métaux lourds.
  • Le traitement des eaux usées: les plantes et animaux assimilent les nutriments, en plus de ralentir le flot des eaux usées.
  • Le drainage des eaux de pluie: en cas de pluies intenses, les chaussées asphaltées ou bétonnées deviennent rapidement surchargées, voire inondées alors que la forêt urbaine permet, un peu comme une éponge, de retenir une partie des précipitations.
  • L’augmentation de la biodiversité: une plus grande variété d’espèces végétales crée des habitats pour un plus grand nombre d’espèces animales.
  • Une vie sociale stimulante: des personnes de milieux sociaux divers, de cultures distinctes et de tout âge se mélangent dans des parcs et jardins publics, lieux de prédilection pour pratiques des activités physiques ou pour se détendre et s’amuser.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *