05:00 18 février 2022 | mise à jour le: 18 février 2022 à 10:09 Temps de lecture: 4 minutes

Avez-vous bien dormi la nuit dernière? 

Avez-vous bien dormi la nuit dernière? 
Photo: Métro

Il semble que plusieurs dorment mal la nuit. Très mal même si on se fie aux résultats d’un récent sondage de la Scotia portant sur les préoccupations financières de la population. En fait, 32 % d’entre eux ont avoué que leurs soucis financiers les empêchaient de dormir la nuit. Ça fait beaucoup de monde qui tourne dans son lit en même temps!

Sans surprise, les plus jeunes et les moins bien nantis sont les plus inquiets par rapport à leur situation financière.

«De plus en plus de Canadiens sont préoccupés par leur situation financière et se demandent, par exemple, s’ils pourront devenir propriétaires un jour, ou s’ils auront assez d’argent pour payer les études de leurs enfants ou pour leur retraite », a mentionné D’Arcy McDonald, premier vice-président, Dépôts, placements et paiements à la Banque Scotia dans un communiqué de presse.

En fait, 75% des répondants ont indiqué que leur situation les préoccupait au plus haut point. Ils ont affirmé passer 10 heures par semaine à s’inquiéter, s’interroger, revoir les chiffres, retourner leur budget dans tous les sens pour essayer de trouver des moyens d’honorer leurs obligations et d’améliorer leur situation. On parle ici d’heures qui totalisent 3 semaines par année… Presque autant que vos vacances annuelles!

Les sources d’inquiétude

Et qu’est-ce qui inquiète tant les gens? Plusieurs éléments, dont au premier chef la croissance et de la protection de leurs placements (19 %), la capacité à payer leurs factures (15 %) et le remboursement des dettes (13 %).

L’accès à la propriété est aussi une grande source préoccupation pour les ménages. On peut comprendre vu les hausses récentes des prix de l’immobilier. Royal LePage a récemment établi que le prix médian d’une résidence unifamiliale dans le Grand Montréal s’établissait à 571 400$ alors que la valeur moyenne d’une copropriété s’élevait à plus de 410 000 $. Évidemment pour arriver à se payer une résidence à soi, il faut un plan surtout si on ne souhaite pas devoir assurer son prêt. Pour ce faire, il faudra une mise de fonds d’au moins 20% des prix cités plus hauts. Donc, 114 280$ pour l’unifamiliale et 82 000$ pour l’appartement en copropriété. Pas étonnant qu’on parle de difficulté d’accéder à la propriété dans le Grand Montréal avec de tels acomptes à fournir…

Et, comme le Québec vieillit, les questions liées à la retraite ont aussi été nommées par plusieurs comme une source d’inquiétude. Une proportion de 12% des Canadiens ont indiqué être inquiets par rapport à la planification de leur retraite. Il s’agit d’une hausse de 4% par rapport à 2020.

Comment diminuer son inquiétude

«Retrouver sa tranquillité d’esprit, ça commence par une simple conversation. Si votre situation financière perturbe votre sommeil, consultez un conseiller financier; il est outillé pour vous donner les moyens d’atteindre vos objectifs financiers. Même une seule conversation peut s’avérer une étape importante vers un sommeil plus paisible», conseille M. McDonald.

En effet, car selon le sondage 63 % des répondants n’ont pas consulté de conseiller financier au cours des 12 derniers mois et ce, malgré le fait qu’ils passent beaucoup de temps à s’inquiéter de leur situation financière et à se demander par où commencer.

Cela devrait être une des premières décisions à prendre pour être moins angoissé par rapport à ses finances, car il est prouvé que les gens qui peuvent compter sur les conseils de professionnels sont généralement plus sereins par rapport à leur avenir car ils ont un plan pour atteindre leurs objectifs.

Le sondage en ligne a été mené les 12 et 13 octobre 2021 auprès de 1 521 adultes canadiens sélectionnés au hasard par Maru/Blue pour le compte de la Banque Scotia.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.