Tribune Libre
16:13 30 novembre 2020 | mise à jour le: 13 décembre 2020 à 10:14 Temps de lecture: 2 minutes

Le français, talon d’Achille de Justin Trudeau

Le français, talon d’Achille de Justin Trudeau

Le spectacle de charme envers la défense du français au Québec organisé par les partis fédéraux la semaine dernière avait toutes les caractéristiques d’une mise scène de campagne pré-électorale. Ne manquait plus que le feu vert pour partir en campagne…

Au même titre que la loi québécoise sur la laïcité de l’État québécois a monopolisé une bonne partie de la dernière campagne, j’ai l’impression que la Charte de la langue française québécoise risque de jouer un rôle capital dans la prochaine campagne électorale qui, selon les experts, pourrait être déclenchée au printemps 2021.


Dans cette effervescence de louanges envers le français, les libéraux de Justin Trudeau ont réitéré qu’ils moderniseront bientôt la Loi sur les langues officielles. Toutefois, les réformes linguistiques promises par le gouvernement Trudeau tardent à se matérialiser. Or les libéraux peuvent difficilement entamer les prochaines élections sans avoir mis cartes sur table, surtout après avoir haussé les attentes.

Les libéraux ont attaqué la dernière campagne électorale étant convaincus de faire des gains au Québec alors que c’est plutôt l’inverse qui s’est produit. Le thème de la laïcité, remis sur le tapis par le premier ministre François Legault, leur a mis des bâtons dans les roues. En effet, en plus de perdre des sièges, les libéraux ont peiné à conserver une poignée de comtés à l’extérieur de leurs châteaux forts montréalais. Enfin bref, la position du PLC est fragile dans le Québec francophone, et Justin Trudeau est bien conscient que l’épée de Damoclès est suspendue au-dessus de sa tête!


Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *