Tribune Libre
14:41 23 novembre 2020 | mise à jour le: 13 décembre 2020 à 10:17 temps de lecture: 2 minutes

L’âgisme systémique

L’âgisme systémique

Un billet écrit conjointement par le Dr. Réjean Hébert, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, et Yves Couturier, professeur à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, paru dans Le Soleil sous le titre «Les vieux allaient mourir de toute façon», un âgisme systémique révélé par la pandémie, m’a profondément touché.

En tant que septuagénaire relativement en santé, j’attribuerais cette empathie naturelle envers les aînés en raison de la cruelle réalité que 90 % des décès liés à la pandémie étaient âgés de 70 ans et plus, mais plus encore qu’une telle hécatombe n’ait suscité aucune sympathie de la population ni celle de nos dirigeants, ni même des médias sociaux. Dans cette triste réalité, qui s’émeut devant la mort de résidents âgés privés de soins et de compassion dans les derniers moments de leur vie sur terre?

Pourtant, certaines décisions prises pendant la pandémie étaient carrément teintées d’âgisme. Pourquoi interdire, par exemple, aux personnes proches aidantes de visiter les résidents des CHSLD? Comment justifier la séquestration indue des aînés en résidences pour aînés? Comment expliquer l’interdiction absolue de sorties des aînés? «À quoi bon se préoccuper des vieux, ils ont fait leur temps». La vie d’une personne aînée dans notre société utilitariste vaut-elle moins que celle d’un jeune ou d’un travailleur ? Poser la question, c’est y répondre…

Le Québec compte maintenant plus de 20% de personnes de plus de 65 ans et, dans une décennie, nous dépasserons les 25%. Quand enfin reconnaîtrons-nous la contribution inestimable des aînés à la société dite civilisée dans laquelle nous vivons, et les traiterons-nous avec toute la dignité accordée à un être humain à part entière?

 

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *