Tribune Libre
09:01 4 novembre 2020 | mise à jour le: 5 novembre 2020 à 08:50 temps de lecture: 2 minutes

Oui à un débat national sur la santé mentale

Oui à un débat national sur la santé mentale

Les derniers points de presse qu’a accordés le maire de Québec, Régis Labeaume, eu égard au drame qui s’est déroulé dans le Vieux-Québec et qui a fait deux morts et cinq blessés nous ont démontré hors de tout doute que le maire est très affecté par cette tragédie.

Or nonobstant l’accroissement de cas liés à la santé mentale dû aux mesures de confinement mises en place en raison du coronavirus, force st de constater que la santé mentale a toujours été, bien avant la pandémie, l’enfant pauvre du ministère de la Santé et des Services sociaux, le budget y étant consacré ne totalisant que 6% des dépenses totales du MSSS.

De son côté, le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, persiste à nier l’existence d’une crise reliée à la santé mentale mais plaide qu’au contraire, la situation est sous contrôle quoique 16 000 noms sont inscrits sur la liste d’attente pour de l’aide psychologique en lien avec un problème de santé mentale.

Par ailleurs, le suspect de la tragédie du Vieux-Québec, Carl Girouard, 24 ans, selon certaines sources fiables, avait déjà détaillé son projet de passer à l’action, vêtu d’un costume médiéval et portant une épée, à des spécialistes qui le suivaient pour des problématiques en santé mentale en 2014. Six ans plus tard, il est passé à l’acte.

Carl Girouard est demeuré en liberté pendant toute cette période malgré ces idées démoniaques qui le hantaient depuis six ans. Depuis son escapade meurtrière, le cachet historique et festif du Vieux-Québec s’est transformé en scène de crime odieuse. La population ambiante est consternée et sous le choc.

Conséquemment, la proposition du maire de Québec d’ouvrir un débat national sur la santé mentale m’apparaît fort judicieuse. La population a besoin d’un exutoire. Il est plus que temps que tous les intervenants se mobilisent pour contrer en amont les problèmes de santé mentale qui ne cessent de s’accroître.

 

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *