Tribune Libre
10:57 13 octobre 2020 | mise à jour le: 13 octobre 2020 à 11:00 temps de lecture: 2 minutes

Du sang neuf à la direction du PQ

Du sang neuf à la direction du PQ

Les militants souverainistes ont fait leur choix… L’avocat de 43 ans, Paul St-Pierre Plamondon (PSPP), devient le dixième chef du Parti québécois (PQ) avec 56,02 % du suffrage au troisième tour devant son plus proche rival, Sylvain Gaudreault qui incarnait, dans cette course la continuité alors que PSPP proposait le changement.

Parmi les nombreux commentaires entendus ou lus dans les médias, j’en retiens deux qui me semblent déterminants pour le repositionnement stratégique du PQ sur l’échiquier politique québécois, à sa voir le tempérament du nouveau leader péquiste, et l’attrait qu’il a exercé auprès des jeunes tout au cours de sa campagne.

À mon avis, l’enthousiasme, le dynamisme de PSPP et sa volonté féroce de bien performer dans les deux prochaines années font de lui un politicien inspirant qui deviendra à cout sûr une bougie d’allumage qui se reflètera partout où il passera au Québec, y compris dans les régions.

Par ailleurs, certains analystes ont décrit Paul St-Pierre Plamondon comme étant le candidat de la jeunesse au PQ, un atout inestimable non seulement pour le parti mais aussi pour l’avenir politique du Québec. Je suis convaincu que le nouveau chef du PQ saura trouver les arguments nécessaires à la mobilisation de ces jeunes qui incarnent la relève du Québec.

Bref, Paul St-Pierre Plamondon n’incarne peut-être pas le « sauveur » du navire amiral mais il a toute la fougue nécessaire pour en devenir le capitaine qui remettra le navire en direction de la voie de l’indépendance du Québec.

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *