Tribune Libre
12:31 9 octobre 2020 | mise à jour le: 9 octobre 2020 à 12:31 temps de lecture: 2 minutes

Arrestations abusives en 1970, des excuses!

Arrestations abusives en 1970, des excuses!

La Crise d’octobre de 1970 fait encore jaser en 2020. Les événements lancés par le Front de Libération du Québec (FLQ), ont fait trembler notre province avec des secousses jusqu’à Ottawa et des mini secousses dans le « Québec bashing » dans l’ouest Canadien. 

 

Comme dans chaque nouvelle crise, on ne sait comment réagir, des tensions s’y invitent et la panique s’installe rapidement. Les deux enlèvements, James Richard Cross et Pierre Laporte, additionnés aux explosions de bombes ont tôt fait de rendre le pouvoir nerveux et sur le qui-vive. Suite à l’adoption de la Loi des mesures de guerre dans un contexte inédit, les policiers s’adonnent à des arrestations abusives. Un véritable débordement s’établit et pas moins de 500 personnes innocentes sont arrêtées.  

 

Suite à cela, il faut comprendre que les policiers du temps n’avaient absolument pas la formation et les qualifications de ceux fraîchement diplômés des écoles de police de nos jours. Le Premier ministre du Québec, Robert Bourassa et celui du Canada, Pierre-Elliot Trudeau, ne pensaient pas à présenter des excuses pour ces abus. Maintenant en 2020, les gouvernements, provincial et fédéral, demeurent très frileux à l’idée de s’excuser. À mon sens, il serait gênant que les gouvernants ne s’excusent pas et ainsi appuyer des erreurs du passé car la plaie est encore ouverte!

 

Michel Beaumont, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *