Tribune Libre
13:53 2 octobre 2020 | mise à jour le: 2 octobre 2020 à 13:53 temps de lecture: 2 minutes

PLC et PLQ, même déni

PLC et PLQ, même déni

Il y a 50 ans, le 16 octobre 1970, la Loi sur les mesures de guerre est imposée au Québec par le gouvernement fédéral de Pierre Elliott Trudeau à la demande du gouvernement de Robert Bourassa, alors premier ministre du Québec. Durant les jours qui suivent, des centaines d’artistes, de journalistes et de syndicalistes d’allégeance indépendantiste sont arrêtés ou emprisonnés de façon tout à fait arbitraire.

Or à l’approche du 50e anniversaire de ce que l’histoire a qualifié de Crise d’octobre au Québec, plusieurs voix s’élèvent pour réclamer des excuses officielles du premier ministre canadien et chef du Parti libéral du Canada (PLC) Justin Trudeau qui s’est contenté de lancer, parlant de ces événements dramatiques, que « c’est certain que les événements d’octobre 1970 ont été très difficiles pour bien des Québécois. Je pense qu’il faut commencer par avoir une pensée pour la famille de Pierre Laporte, pour qui cet anniversaire ramène de très douloureux souvenirs ».

Du côté de l’Assemblée nationale à Québec, une motion du Parti québécois (PQ) demandant des excuses officielles au premier ministre Trudeau pour les 36 000 victimes arbitraires de la Crise d’octobre, motion qui a reçu l’appui de la Coalition avenir Québec (CAQ) et de Québec solidaire (QS) alors que le Parti libéral du Québec (PLQ) s’y est opposé par la voix du leader de l’opposition officielle, André Fortin.

On aura beau invoquer que l’aide d’Ottawa a été demandée par le premier ministre libéral du Québec de l’époque Robert Bourassa, la légendaire réplique de Pierre Elliot Trudeau Just watch me à la question d’un journaliste, qui voulait s’enquérir des intentions de M, Trudeau eu égard aux derniers événements, en dit long sur l’état d’esprit d.alors du premier ministre fédéral…

On connaît la suite, près de 500 personnes ont été injustement arrêtés et emprisonnés, et 36 000 autres ont fait l’objet d’une perquisition abusive tout simplement en raison de leur allégeance politique indépendantiste… Conséquemment, des excuses s’imposent de la part de Justin Trudeau pour cette bévue historique inacceptable, voire hargneuse et méprisante, de son illustre père.

 

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Denis Beaulé

    Exact.