Tribune Libre
22:31 15 septembre 2020 | mise à jour le: 16 septembre 2020 à 08:37 temps de lecture: 2 minutes

Campagne électorale et simulacre d’accord de paix devant la Maison-Blanche

Campagne électorale et simulacre d’accord de paix devant la Maison-Blanche

J’ai fait l’effort, malgré la tristesse ressentie, de suivre en direct la mise en scène d’aujourd’hui sur les parterres de la Maison-Blanche d’un accord Israel-Émirats-Bahrein.  Parfois en anglais mais surtout en arabe. Si le couple Trump-Netanyahou affichait un air de triomphe, le monde arabe en général était loin d’applaudir à ce qui est perçu comme une trahison de certains des leurs. Particulièrement chez les Palestiniens. Loin d’une promesse de paix en ces régions troublées, je n’y ai vu qu’une mise en scène de campagne électorale de l’actuel président.

Si j’avais eu, devant le spectacle du lancement de cette campagne, la vision de l’arrogant empereur Néron devant Rome incendiée, j’ai vu ici une image de la signature de l’armistice de mars 1940 : une France acceptant (en faisant fi de l’entente des Alliés de ne pas faire de paix séparées) l’occupation de la moitié du pays, accordant sa collaboration à l’industrie de guerre nazie, participant à la rafle et à la déportation de cent mille juifs français vers les camps de la mort. Le reste du pays sera ensuite rapidement occupé. Tout comme seront inexorablement annexées (Netanyahou n’a jamais dissimulé ses intentions) les parties actuellement et non encore occupées de la Palestine.

Après un tel simulacre de justice pourra-t-on se surprendre de certains gestes de désespoir des victimes?

Souhaitant me tromper,

Pr. Hubert Laforge, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *