Tribune Libre
15:21 10 juin 2020 | mise à jour le: 10 juin 2020 à 15:22 temps de lecture: 2 minutes

Gagner du temps… mais à quel prix?

Gagner du temps… mais à quel prix?

Le projet de loi 61 visant notamment l’allégement de plusieurs procédures dans le but de réaliser dans un plus court délai certains chantiers d’infrastructures, telles des résidences pour aînés, des hôpitaux, des écoles, dans le but de relancer l’économie du Québec est vertement critiqué par les partis d’opposition et le comité de suivi de la commission Charbonneau, particulièrement l’article 50 qui, dans sa formulation actuelle, permettrait au gouvernement Legault d’accorder des contrats sans appel d’offres, une pratique sévèrement condamnée, et à raison, par la Commission Charbonneau.

Et tout ce branle-bas de combat pour le moins téméraire dans un contexte où le souvenir de la Commission Charbonneau qui a démasqué tout un réseau de collusion et de corruption dans la construction est encore frais dans la mémoire des Québécois

De son côté, le premier ministre François Legault se défend tant bien que mal en alléguant qu’il n’a nullement l’intention de relancer l’époque des « contrats aux tizamis ». À mon sens, on ne peut douter de la bonne foi du premier ministre et de ses intentions louables. Toutefois, vite et bien sont rarement conciliables.

François Legault est un pragmatique de son propre aveu. Toutefois, son intention de gagner du temps ne doit pas se réaliser à n’importe quel prix, surtout pas au prix du retour de la collusion et de la corruption… Vivement un compromis acceptable entre les partis d’opposition et le gouvernement!

 

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *