Tribune Libre
10:06 29 janvier 2020 | mise à jour le: 29 janvier 2020 à 10:07 temps de lecture: 2 minutes

La liberté de dire des propos qui choquent

La liberté de dire des propos qui choquent

Si certains sont outrés du tweet de la présidente de la FFQ Gabrielle Bouchard, ce sont les propos du ministre Jean Boulet qui devraient susciter le plus d’indignation.

Alors que Mme Bouchard a exprimé, comme elle en a l’habitude, un tweet proposant avec ironie d’interdire les relations hétérosexuelles, le ministre a affirmé qu’elle avait dépassé les «limites acceptables de la liberté d’expression». Il a ajouté que le financement de l’organisme pourrait être révisé, ce qui remet en cause l’existence même de la FFQ.

La liberté d’expression est un droit fondamental. On pourrait dire, pour parler le langage de la CAQ, une «valeur québécoise».

S’il existe bien des raisons de limiter la liberté d’expression, elles sont bien définies dans la loi. Un des rares motif existant est la protection d’un autre droit.

Par exemple, on peut interdire la publication d’un journal fomentant la haine antisémite, comme c’est arrivé à Toronto il y a quelques semaines.

Hors, dans le cas présent, Bouchard ne brime les droits de personne. Ses propos dérangent, certes, mais sont tout sauf haineux.

La Cour suprême a déjà statué que «l’expression qui requiert protection est précisément celle qui dérange et indispose, choque ou dégoûte».

Jean Boulet est-il au courant?

M’est d’avis qu’on devrait lui passer un bon test des valeurs.

 

François G Couillard, Québec

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • C Gasve

    « …Bouchard ne brime les droits de personne.Ses propos dérangent, certes, mais sont tout sauf haineux »

    En profond désaccord. Ces propos de Madame Gabrielle Bouchard, présidente de la Fédération des femmes du Québec, sont clairement haineux envers les hommes et suscitent des préjugés envers ce groupe de notre société. Vous avez omis de le mentionner M. Couillard, mais Mme Bouchard a fait mention que: « Les relations de couple hétérosexuel sont vraiment violentes » pour justifier le fait qu’elle appelle à l’interdiction de relations hétérosexuelles. Comme elle est la présidente de la FFQ qui représente les femmes, on ne peut que conclure que les « méchants violents » selon Madame Bouchard dans les relations hétérosexuelles sont les hommes! Si ce n’est pas un appel à la discrimination et la haine envers les hommes, qu’est-ce que c’est?!

    D’ailleurs, elle a poursuivi dans la même voie en réponse à des commentaires sur son tweet en écrivant: » Les statistiques sont quand même claires que les femmes sont tuées en grande majorité dans un contexte de relations intimes avec un partenaire masculin. On devrait pouvoir discuter de toutes les solutions non? »
    C’est la même présidente de la FFQ qui avait appelé l’an dernier à la vasectomie obligatoire de tous les hommes à 18 ans!!
    Non seulement la présidente de la FFQ manque totalement de jugement en twittant des déclarations ridicules et scandaleuses à répétition (on en connait un autre comme cela chez nos voisins du Sud) mais ce qui apparaît tout autant dramatique, c’est que ce qu’elle écrit évoque malheureusement qu’elle déteste foncièrement les hommes! Ses excuses sur son manque de jugement ne change en rien ses opinions profondes, indignes du poste qu’elle occupe. Et je cite un extrait des informations données concernant le prochain forum de la FFQ: « Nous reconnaissons que nous ne vivons pas toutes les mêmes oppressions ni ne bénéficions toutes des mêmes privilèges. En particulier, nous savons qu’il est possible de
    discriminer sans en avoir l’intention – par exemple avec des “ blagues ”– mais que cela n’en demeure pas moins une discrimination. » Il me semble que cela s’applique clairement à la déclaration de Madame Bouchard??
    Le Ministre Jean Boulet, en tant qu’homme, s’est probablement senti attaqué à juste titre par cette affirmation Sa déclaration à l’effet que le financement de l’organisme pourrait être révisé était peut-être prématurée, car cela demande analyse et débat, mais correspondait à un malaise profond face à une déclaration clairement discriminatoire d’une présidente d’un organisme financé par l’État.Tous les différents groupes dans notre société méritent respect, absence de préjugés et discrimination, incluant les hommes.
    Comme les membres du conseil d’administration de la FFQ ne semblent pas avoir plus de jugement que Madame Bouchard en la laissant à la présidence et que d’autres prônent une liberté d’expression mal avisée, il serait peut-être nécessaire qu’une Fédération des hommes du Québec voit le jour!!!