Tribune Libre
08:51 6 décembre 2019

Parce qu’elles étaient des femmes…

Parce qu’elles étaient des femmes…

Il fut un temps pas si lointain où les femmes devaient assurer la descendance parce qu’elles étaient des femmes. Il fut un temps pas si lointain où les femmes devaient demeurer à la maison et veiller au bien-être des enfants parce qu’elles étaient des femmes. Il fut un temps pas si lointain où les femmes n’avaient pas le droit de vote parce qu’elles étaient des femmes.

Encore aujourd’hui, des femmes doivent se battre contre l’inégalité entre les hommes et les femmes parce qu’elles sont des femmes. Encore aujourd’hui en 2019, des femmes à compétences égales sont moins rémunérées que des hommes parce qu’elles sont des femmes.

Le 6 décembre 1989, des femmes ont été tuées sauvagement du simple fait qu’elles étaient des femmes. En ce 6 décembre 2019, 30 ans plus tard, des femmes se souviennent de leur fille, de leur sœur abattue froidement par Marc Lépine parce qu’elles avaient eu le « malheur » d’être nées femmes.

Oui, nous devons, comme société, nous souvenir de cette tuerie insensée. Oui, nous avons tous un devoir de mémoire envers ces 14 jeunes femmes assassinées le 6 décembre 1989 tout au moins pour nous remémorer qu’elles ont payé le prix de leur vie… parce qu’elles étaient des femmes.

Mais encore oui nous devons accorder aux femmes le statut plein et entier de personnes faisant partie intégrante de notre société parce qu’elles sont des femmes avec tous les droits et privilèges auxquels elles sont destinées… Après tout, ne sommes-nous pas en 2019?

 

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *