Tribune Libre
06:26 24 novembre 2019

Une entrée en scène sous le signe de la prudence

Une entrée en scène sous le signe de la prudence

C’est maintenant officiel, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, se porte candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ) une entrée en scène sous le signe de la prudence, notamment eu égard à sa position sur la Loi 21 et sur l’environnement au sujet desquels il s’est contenté de répondre aux journalistes en termes vagues et non-compromettants.

Par ailleurs, Alexandre Cusson devra se prononcer assez rapidement devant les militants du PLQ sur les moyens qu’il entend prendre pour «reconnecter» le parti avec les francophones qui ont déserté en grand nombre le PLQ lors du dernier scrutin. Cependant, l’ex-président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) bénéficie sans contredit d’un avantage concernant l’expertise qu’il possède sur les besoins des régions, lesquelles régions se sont dissociées littéralement du PLQ à l’occasion des dernières élections provinciales.

Néanmoins, il faut reconnaître une avancée intéressante de M. Cusson sur sa notion de «nationalisme décentralisateur», une référence claire à l’importance qu’il attache au   développement maximal de chacune des régions du Québec. À cet effet, le maire de Drummondville marque des points, particulièrement eu égard aux défis qui l’attendent concernant la remobilisation des régions autour du projet de société du PLQ dans l’hypothèse, bien sûr, où il est élu chef du parti.

«Je ne veux pas entrer dans les enjeux spécifiques», a-t-il dit et répété, en réponse aux questions des médias, en promettant cependant de ne pas se «défiler» au cours des prochains mois… Ne reste plus qu’à attendre la plateforme électorale que proposera Alexandre Cusson aux militants libéraux… Tout un défi!

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires