Tribune Libre
10:40 2 novembre 2019

Les participes passés…passés à la moulinette

C’est bien connu, l’être humain en général est plutôt rébarbatif devant les situations compliquées auxquelles il est confronté dans la vie. Et souvent, plutôt que d’y faire face, il aura tendance à les éviter. Une tentation à laquelle ont succombé certains linguistes en proposant de simplifier les règles d’accord des participes passés. 

« Simplifier », tel est le mot passe-partout qui ouvre les portes (souvent closes) des nouvelles règles proposées par quelques libres-penseurs dont l’intention est d’éliminer les exceptions pour en faciliter l’application… Intention louable?

Or ce qu’oublient de dire ces « simplificateurs », c’est que les règles d’accord des participes passés actuelles ont des racines linguistiques historiques qui justifient leur existence et que le fait de les simplifier les extirpe littéralement de leur origine.

Et tout ce chambardement grammatical parce que ces règles d’accord sont trop compliquées comme si, dans la vie, l’être humain n’avait pas à faire face à des situations « compliquées ». À mon avis, il est là le véritable nœud du problème. À partir du moment où l’application d’une règle grammaticale devient trop compliquée, on la simplifie tout simplement. Autrement dit, lorsque tu rencontres un problème dans la vie, contourne-le…

C’est ce que j’appelle du nivellement par le bas. Haro sur les difficultés, place à la simplicité!… Braaavo! Et quelle sera la prochaine étape? Écrire au son? Ce serait pourtant tellement moins « compliqué »!

Henri Marineau

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires