Tribune Libre
09:40 27 septembre 2019

La DPJ à bout de souffle…

La DPJ à bout de souffle…

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), dans son bilan pour l’année 2018-2019, indique avoir retenu 41 530 dossiers sur 105 644 signalements, soit une hausse globale de 6,2% pour la province, une augmentation de signalements qui survient dans la foulée de deux tragédies qui ont ébranlé le Québec entourant les décès de la petite Rosalie Gagnon, à Québec, ainsi que de la petite martyre de Granby. Un bien triste bilan!

De nos jours, de nombreux enfants sont devenus malheureusement les otages d’une société malade où les violences corporelles, la négligence systémique et les mauvais traitements psychologiques envers eux s’immiscent insidieusement dans un climat malsain, voire horrible, à la maison. Face à ce phénomène désastreux, une commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse a été mise sur pied et doit débuter ses travaux le mois prochain.

Nul doute que ses recommandations apporteront des éléments de solution utiles aux intervenants œuvrant auprès de cette classe de jeunes maltraités et extrêmement vulnérables. Toutefois, pour y parvenir, le gouvernement devra injecter les sommes nécessaires à l’embauche du personnel nécessaire à un système littéralement à bout de souffle. Une société qui se respecte ne peut abandonner des enfants entre les mains de parents irresponsables, voire parfois inhumains… C’est une simple question de solidarité et de justice élémentaires!

 

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires