Tribune Libre
09:47 6 septembre 2019

Hassan Guillet, un homme de paix! Oui de Paix!

Hassan Guillet, un homme de paix! Oui de Paix!

Je ne commenterai pas les mots qu’il a prononcé, dans un passé lointain, dans un contexte que je ne connais pas et je ne connaissais pas Monsieur Guillet. Je me satisferais du présent, un présent qui a montré à la société qu’il y a des femmes et des hommes doués de vision et pleins de compassion pour les autres qui peuvent, tout d’un coup, surgir du paquet que nous sommes.

C’est le cas, entre autres, de Monsieur Hassan Guillet que j’ai côtoyé durant la tragédie qui a endeuillé 6 de nos familles à Québec, le 29 janvier 2017, et a frappé d’effrois le Québec et le Canada.
Vous l’avez toutes et tous entendu. Soyons honnêtes, mérite-t-il l’opprobre aujourd’hui alors qu’il ne souhaite qu’aider notre société dans un vivre ensemble harmonieux et de paix?

Jamais, je ne l’ai entendu dire du mal de quelqu’un ou d’une communauté. Bien plus, son agenda est chargé moins de rencontres personnelles et plus de rencontres publiques pour expliquer, adoucir les coeurs, tisser des liens de fraternité et d’amitié entre les gens au Québec, au Canada et ailleurs.

Durant ces trois dernières années (2017 à 2019), il a été un marathonien de la paix et du vivre ensemble. Quoi de meilleur qu’une personne comme lui qui souhaite aller se sacrifier au banc de la politique pour (s’il était accepté par le scrutin du peuple) peser fort avec les outils qu’il aura en main, pour faire avancer la cause du vivre ensemble.

Mettre au banc des accusés une personnalité de cette hauteur de coeur, d’esprit et de connaissances intercommunautaires, à un moment où le Canada et le Québec ont besoin de toutes les énergies possibles pour continuer à bâtir une société exemplaire, c’est faire montre d’un manque de vision et d’un manque d’amour pour un pays qui nous a toutes et tous ouvert les bras hier ou il y a plusieurs siècles déjà.

Monsieur Guillet a fait acte de contrition sincère et sans détour, c’est un courage à saluer; alors que lui demandons-nous de plus?
Que celui qui n’a jamais fait d’erreur jette la première pierre! Quel qu’en soit son appartenance ou son histoire communautaire!

Boufeldja Benabdallah, président et cofondateur CCIQ

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires