Tribune Libre
09:15 16 mai 2019

L’islam, victime de sa visibilité

L’islam, victime de sa visibilité

Dans le cadre de l’émission 24/60 télédiffusée sur RDI le 14 mai, Anne-Marie Dussault rencontrait le sociologue Guy Rocher à la suite de son témoignage à la Commission parlementaire sur le projet de loi sur la laïcité de l’État québécois.

Nonobstant l’argumentaire fort étoffé du sociologue de 95 ans, je vous soumets deux éléments majeurs qui me paraissent apporter quelque lumière complémentaire eu égard à la défense du projet de loi 21. Tout d’abord, l’insistance de M. Rocher sur un terme qui avait été oublié depuis quelques semaines dans les propos des divers intervenants, à savoir l’interdiction des signes religieux « ostentatoires », le mot « ostentatoire » faisant bien sûr allusion à la visibilité, un concept qui s’applique « visiblement » aux femmes musulmanes.

En second lieu et dans la foulée de cette précision pertinente, Guy Rocher a abordé aussi le « principe de précaution » en lien avec le prosélytisme possible d’une enseignante portant, par exemple, le hidjab, et qui pourrait endoctriner certains élèves. À cet effet, le sociologue répond qu’il est « scientifiquement » impossible d’apporter des preuves d’endoctrinement ou non de certains élèves par l’enseignante en question, un argumentaire qui conduit M. Rocher à conclure que, «… dans l’état d’incertitude, il faut protéger contre les risques possibles… L’islam est une religion visible, c’est son choix, mais la société n’est pas obligée d’accepter cela.»

Henri Marineau, Québec

 

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Micheline Trépanier

    Le plus bel et solide appui au projet de loi vient de M. Guy Rocher. Chapeau à cet homme de 95 ans toujours aussi cohérent, brillant et allumé. À ceux et celle qui continuent d’argumenter que le principe de précaution n’a pas sa place actuellement dans ce débat car il n’y a que 3% de musulmans au Québec (et donc très peu de signes de cette religion visible), j’adresse la question suivante: faut-il attendre qu’une résidence soit en flammes pour installer des gicleurs?