Tribune Libre
09:32 9 mai 2019

Confusion dans l’argumentaire

Confusion dans l’argumentaire

Le témoignage de Gérard Bouchard était attendu avec intérêt à la Commission parlementaire sur le projet de Loi sur la laïcité. Sans grande surprise, M. Bouchard s’est prononcé d’entrée de jeu contre le projet de loi 21., notamment sur l’interdiction du port des signes religieux chez les enseignants et les directeurs d’écoles.

À titre d’argumentaire, Gérard Bouchard a demandé au ministre responsable du projet de loi, Simon Jolin-Barrette, de prouver que le port du hidjab par des professeurs, par exemple, entraîne l’endoctrinement des élèves.

Or, à ma connaissance, au même titre que les policiers, les gardiens de prison et les juges, les enseignants sont en ligne d’autorité vis-à-vis leurs élèves et, à ce titre, le port d’un signe religieux ostentatoire vient court-circuiter l’autorité laïque qu’ils incarnent de facto dans leur profession.

Autrement dit, la question de l’endoctrinement des élèves ne fait pas office d’argument prioritaire mais ne fait que signaler une hypothèse possible dans l’exercice de la profession de l’enseignant qui porte un signe religieux… En conséquence, la demande de Gérard Bouchard au ministre de prouver avant d’interdire ne tient tout simplement pas la route face au principe qui soutient que le port de signes religieux est inconciliable avec des postes en ligne d’autorité dans une société laïque.

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *