Tribune Libre
18:49 25 juin 2018

Merci à notre père Paul Gérin-Lajoie!

Paul Gérin-Lajoie est mort à son domicile le 25 juin 2018 entouré de ses proches. Il avait 98 ans.

Tribune libre.

(Illustration Métro Média – Archives)

Dès les années 1950, bien qu’il ait en poche une thèse de doctorat sur la Confédération canadienne défendue à Oxford en Grande-Bretagne, c’est déjà en effet l’accès universel à l’éducation qui motive notre père, qui en fera le combat d’une vie.

À l’élection de 1960, il prend les commandes du « Ministère de la Jeunesse ».  A peine neuf mois plus tard, il crée la Grande Charte de l’éducation et devient le premier titulaire comme ministre de l’Éducation en 1964. Pour les générations futures il demeurera l’instigateur de l’éducation publique gratuite jusqu’à l’université. 

En 1977, après plus de sept ans à titre de Président, il quitte l’ACDI et c’est alors que ses collègues lui offrent, en guise de reconnaissance, la charte d’une organisation non-gouvernementale, donnant ainsi naissance à la Fondation Paul Gérin-Lajoie.

Il s’emploiera alors à mettre en œuvre ce qui lui a toujours été cher : l’éducation pour tous. Depuis 40 ans, la Fondation Paul Gérin-Lajoie a pour mission de contribuer  à l’éducation de base des enfants, de même qu’à l’alphabétisation et à la formation professionnelle des jeunes et des femmes dans les pays en développement.

La Dictée P.G.L. est sans doute la plus reconnue des actions de la Fondation pour l’ouverture sur les réalités internationales qu’elle procure aux jeunes élèves du primaire.

Paul Gérin-Lajoie est également l’auteur, il y a plus de 50 ans, d’une importante doctrine concernant la politique internationale du Québec et qui porte d’ailleurs son nom. Il était alors Ministre de l’éducation et Vice-premier ministre quand il a déclaré que le Québec était un État avec sa vocation propre et sa culture distincte.  

C’est non seulement un visionnaire, un grand bâtisseur, un infatigable travailleur, mais aussi un père, un grand-père et un arrière grand-père aimant et apprécié par sa famille proche. Il a aussi été un époux affectueux qui vient de s’éteindre dans la sérénité, quelques mois après son épouse Andrée Papineau-Gérin-Lajoie à qui il a été marié durant 74 ans. Andrée et Paul auront constitué un couple exemplaire mais aussi un extraordinaire duo, devant les joies comme devant l’adversité de la vie.

Merci à notre père!

François, Bernard, Sylvie et Dominique, pour la famille Gérin-Lajoie

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *